mercredi 11 avril 2018

La jalousie transforme envieux !



"Que celui qui n'a jamais éprouvé de la jalousie, me jette la première pierre !" 😛 Si je lance cette provocation avec autant de facilité, c'est que je suis certaine que ne recevoir, en retour, aucun projectile en pleine tronche. Hé hé Pas folle la guêpe ! Même si je n'ai pas une très jolie tête, j'y tiens quand même ! lol La jalousie est un sentiment humain ancré en chacun de nous. On a beau s'en défendre, on ne pourra jamais s'empêcher de loucher sur les possessions du voisin ou de se comparer aux autres et ce, dans n'importe quel domaine. Et il y aura toujours chez l'autre ce quelque chose que l'on ne possède pas, que ce soit tangible ou immatériel : il a une plus belle voiture, il est plus doué, il est plus riche, il est plus beau, il est plus heureux, etc, que moi. Après, ce "vilain défaut" peut être plus ou moins prononcé chez certaines personnes. Attention à l'aigreur d'estomac !

Prenez, moi, par exemple. 😋 Je me qualifie volontiers de "gentille" jalouse. Je reconnais qu'il m'arrive d'envier les autres auteures... Je ne serais pas humaine si je ne ressentais pas une piqûre à l'amour-propre quand les livres de mes camarades cartonnent et que les miens sont à la ramasse ou lorsque des auteures affichent fièrement des milliers de fans sur les réseaux sociaux alors que le nombre de mes abonnés est moribond... Mais je vous rassure, ces moments ne durent jamais. ^^ J'envie une telle personne à l'instant T et, après, ça disparaît. Sinon, vous imaginez bien que ma vie deviendrait vite infernale. Pourquoi se faire du mal inutilement ? Je suis moi, avec mes moyens et mes défauts. Et je me considère déjà chanceuse de vendre quelques bouquins. Généralement, ma jalousie de départ finit par se muer en admiration. Avec le recul, je suis toujours épatée par les réussites !

Le succès, peu importe le domaine et à quel niveau il se situe, attise forcément la jalousie parce qu'il nous renvoie à notre propre sentiment d'échec. Le monde de l'édition et même de l'auto-édition n'échappe pas à la règle ! Pourquoi elle et pas moi ? N'est-ce pas injuste alors que nous écrivons dans le même genre ? Personnellement, je n'ai jamais constaté de visu de coups bas entre auteurs, parce que je reste relativement dans mon coin, alors je me garderais bien de m'étendre sur cette guerre intestine. J'ai juste entendu dire que d'autres auteures étaient bien moins clémentes que moi et n'hésitaient à rabaisser l'auteure dès qu'elle évoquait son succès... Je dis, ma foi, tant qu'il n'y a pas mort d'hommes, le mieux n'est-il pas de laisser parler les mauvaises langues ? Les chiens aboient, la caravane passe... 😋

Face à ce sentiment de jalousie, on peut réagir principalement de deux façons opposées. Soit on se torture l'esprit à chercher la raison du succès de l'autre, en se demandant sans fin ce qu'il/elle a de plus que nous. Mais attention à la migraine et aux ulcères à l'estomac ! Soit on peut s'en servir comme d'un formidable tremplin pour rebondir. Dans ce cas, la jalousie n'est plus un frein, mais devient un puissant moteur pour se dépasser soi-même et chercher à "égaler" l'autre. Et même si à la fin, le succès n'est pas là, on aura fait de notre mieux. L'important n'est-il pas de participer ? Je crois qu'on n'a pas à rougir de soi quand on a fourni tous les efforts pour réussir. Parce que si on regarde de plus près le pourcentage de personnes vivant de leur plume, la proportion est ridiculement petite ! 😉

A contrario, il existe ce que j'appelle la jalousie paranoïaque, vous n'enviez pas les autres, mais vous croyez que l'on vous jalouse ! lol Si vous vous promenez sur les sites marchands ou sur les profils/pages auteurs Facebook, vous avez sans doute remarqué que lorsqu'une auteure recueille un commentaire négatif, soit l'auteure en question et/ou ses lectrices s'en offusquent et agitent très souvent le spectre de la jalousie pour qualifier l'hérétique qui n'a pas aimé le livre. Personnellement, je trouve que ce raccourci est un peu trop facile. Je ne suis pas en train de dire que cela n'existe pas, mais c'est un phénomène très à la marge (ou alors je suis très naïve...). Donc de là à suspecter systématiquement la jalousie derrière des avis critiques, il y a souvent un fossé. Pourquoi ne pas admettre que la lectrice n'a pas été sensible à notre prose ? Encore une fois, on ne peut pas plaire à tout le monde !

A bientôt pour un nouvel article sur "Captive" ! Mine de rien, la sortie approche... ^^