vendredi 14 octobre 2016

Sous les projecteurs




Tout le monde le sait : une romance ne s'écrit pas en un seul jour ! Ou alors il y a bien plus de 24 heures dans une journée. lol De sa conception jusqu'à sa publication, le livre passe par plusieurs étapes, celle de l'écriture (œuf corse lol), de la correction, de la relecture, du packaging... A chaque stade, le stress et le doute montent (d'où ma trèssss grosse addiction au chocolat ^^). Et pour quoi au final ? Dans la grande majorité des cas, le destin d'une romance est très vite scellé. Un auteur avec qui j'ai eu l'occasion d'échanger se plaignait que cette littérature de gare genre s'engloutissait très (trop) rapidement. Une lecture à la chaîne. Raison pour laquelle certains détracteurs la qualifient de "fast-book". En un sens, je leur donne un peu raison. Avouez tout de même que des mois de labeur en échange de quelques heures de lecture assorties d'un prix dérisoire, le ratio est tout à fait déséquilibré. :-/ Et pour parfois, se ramasser au passage des critiques assassines... Si j'avais su, je serais restée couchée pendant tout de temps-là ! :-P

Et encore si vous avez l'immense honneur d'être lu !!! Eh oui, car il ne suffit pas de publier votre livre pour qu'il soit automatiquement acheté (et j'en déduis, lu). ^^ Sinon, ce serait trop simple dans la vie. Toutes les auteures de romance seraient reconnues et se doreraient la pilule aux Seychelles vivraient de leur plume. ;-) Je ne sais pas si vous l'avez remarqué mais il y a de plus en plus d'offres en matière de romance. Presque toutes les maisons d'éditions développent une branche romance quand elles ne sont pas entièrement spécialisées dans le genre (ex : Hugo Roman). Sans oublier la cohorte d'auteures auto-éditées qui, comme moi, se lancent dans l'aventure ! Ce n'est donc pas étonnant quand je lis beaucoup de commentaires de lectrices qui n'arrivent même plus à écouler leur pile à lire, tant les sorties sont toujours plus nombreuses de mois en mois... Dans ces conditions concurrentielles, un livre a peu de temps pour faire ses preuves, d'être visible. Comme j'ai coutume de le dire "un livre chasse l'autre". ;-)

Pour les livres papiers, le turn-over est vraiment impressionnant. Il n'y a pas de place physique pour toutes les parutions. Les rayons se dotent sans cesse de nouveautés. Place aux jeunes ! Au bout d'un, deux, voire trois mois dans le meilleur des cas, il n'est plus trouvable en magasin ou en rupture de stock sur les plateformes marchandes. C'est un peu moins vrai pour les e-books puisque l'immatériel prend beaucoup moins de place. Votre romance peut donc rester en "stock" jusqu'à ce que vous vous décidiez à l'enlever. Malgré tout, que ce soit en numérique ou en papier, la période d'exposition d'une romance reste relativement courte. Combien de temps un livre intéressera-t-il les lecteurs avant d'être relégué dans l'ombre ? D'après mes observations, si dans le mois du lancement, une romance ne se vend pas bien, vous pouvez être certain que ce ne sera guère plus probante par la suite. Effectivement, avec les livres électroniques, vous êtes toujours présentes, mais vous devenez de moins en moins visible avec le temps. C'est le principe des algorithmes : moins vous vendez, moins on vous voit...

Pourquoi croyez-vous que les auteurs écrivent sans relâche ? ^^ Par passion, mais aussi pour rester continuellement dans le fameux carré de lumière. La rotation est tellement importante que pour rester dans la course parfois fatigante de la visibilité (dixit une auteure ), il faut sans cesse sortir des nouveautés. J'admire les auteures qui parviennent à sortir mois après mois des livres. Moi, mon rythme est de 4 mois minimum entre chaque romance et je suis déjà éreintée. :-(

Mince, je me suis bien plombé le moral avec ça ! lol A présent, je n'ai plus qu'à croiser les doigts pour que ma future romance, "Hors-la-loi", soit visible le plus longtemps possible.

@ la semaine prochaine pour un sujet plus fun : les métiers des héros de romances. :-)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire