jeudi 29 octobre 2015

L'impression à la demande


Qu'on se le dise, le papier a encore de beaux jours devant lui ! Si un jour, on m'avait dit que les livres pourraient être imprimés à l'unité, je ne l'aurais pas cru ! Mettre toute la machinerie en branle pour un seul livre ? Quoi, tout ça pour ça ? o_O Eh bien à l'impossible nul n'est tenu ! Ce service spécifique s'appelle l'impression à la demande et en acronyme cela donne le... POD (Print on Demand <-- Ah, ils sont forts, ces anglais !). L'auto-édition a amené une nouvelle clientèle aux imprimeurs légèrement en perte de vitesse. Ces milliers d'auteurs auto-proclamés ne se contentent plus du livre électronique, ils veulent à tout prix tenir le format papier entre leurs blanches mains. Une sorte d'adoubement, une espèce de consécration.

Amazon a été le premier à flairer le filon de ces auteurs en mal de reconnaissance papetière et s'est dépêché de racheter "CreateSpace", une société spécialisée dans l'impression à la demande qui sous-traite aux Etats-Unis et en Europe. D'autres imprimeurs basés à l'étranger ou plus près de chez nous lui ont naturellement emboîté le pas. Les auto-édités ont maintenant le choix entre plusieurs prestataires avec leurs particularités. Pour m'y être intéressée de très près, pas un site n'est semblable à son homologue. Il n'y a qu'une chose qui ne change pas, c'est que l'auteur auto-édité se retrouve encore tout seul à monter son livre ! lol Pas de miracle. Si le fichier est bourré de fautes, personne ne vous relira et si la couverture est mal centrée, c'est tant pis pour vous. Citons les sites comme Lulu.com, The Book Edition, Books on Demand ou Bookelis...


Version papier imprimée par Books on Demand


Amusez-vous à regarder les fiches produits des auteurs auto-édités, la majorité propose maintenant une version papier dont le prix est assez élevé. Normal, l'économie d'échelle d'un livre ne se réalise qu'à partir d'un certain nombre d'exemplaires imprimés. Alors forcément, le livre unique, vous le payez plein carat ! Mais au moins vous avez le choix. ;-) Et judicieusement (ou pas), Amazon vous fait miroiter la réduction si vous achetez la version e-book et parfois la différence de prix est énorme (ici entre 3,99 € et 9,99 € = 6 € d'économies). C'est en cela que les éditeurs ont compris l'astuce et maintiennent la courbe de leurs ventes en papier puisque la version e-book proposé n'est guère moins cher que le livre physique. Sont malignes ces maisons d'éditions ! ^^

Pour ma part, je ne me résous pas encore à franchir le pas. Qu'est-ce qui m'empêcherait de le faire, je vous le demande ? En quelques heures, je pourrai mettre mes livres physiques à disposition des lectrices allergiques aux Kindle ou autre Kobo, en même temps que mon e-book sur Amazon. Mais... je ne sais pas. Je me tâte. Pour le moment, j'aime bien le côté "intimiste" de l'e-book. lol En France, la lecture des e-books ne représente que 5% de part de marché du livre. Ce qui n'est pas énorme ! Donc, je pourrai élargir mon minuscule lectorat mais je ne suis pas assez sûre de moi pour diffuser mes productions. Une bonne résolution pour l'année prochaine : travailler ma confiance en moi et peut-être que je sortirais de ma coquille ! :-/

Mais pourquoi donc me suis-je frottée aux prestataires d'impression à la demande, alors ? Vous le saurez dans mon prochain billet, le 05 Novembre ! ;-) Depuis le temps que j'en parlais de ma surprise. Elle arrive, elle arrive...

samedi 24 octobre 2015

Les scènes hots




J'ai beaucoup hésité avant de me décider à vous pondre ce sujet brûlant. Vais-je en parler ou pas ? Et finalement je me suis dit qu'il le fallait bien puisque j'en saupoudre mes romances. ^^ Donc pourquoi faire l'autruche et ne pas l'aborder ? Mais avant de vous parler de mon cas personnel d'auteure, je vais d'abord vous relater des généralités sur l'évolution des scènes hots dans la romance. 

Les romans érotiques ont toujours existé. Cependant, ce n'était pas à proprement parler de la romance, c'est-à-dire que ces livres-là ne finissaient pas très bien en général. :-/ Au balbutiement de la littérature sentimentale, la séquence dite chaude n'était pas très développée voire carrément expédiée en une phrase laconique. La lectrice ne participait pas (heu façon de parler bien sûr ^^) aux ébats du couple. La porte de la chambre à coucher restait définitivement close aux voyeuses. Un peu comme à la fin des contes de fées "Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants". Les auteurs privilégiaient davantage la psychologie des personnages et multipliaient les rebondissements pour remplir les pages. 

Au fur et à mesure de la libération sexuelle de la femme, la scène de fesses a pris ses lettres de noblesse, s'imposant dans la romance. Disons-le franchement, elle est presque devenue un passage obligé ! Auparavant, elle avait une signification, une symbolique très forte ; elle représentait la quintessence du couple. A présent, elle est traitée plus légèrement et s'est si bien intégrée dans le paysage de la romance qu'elle s'est transformée en une catégorie à part entière : la romance érotique. Ce n'est plus une histoire d'amour agrémentée de séances olé olé mais l'inverse. Les héros couchent d'abord ensemble dans toutes les positions possibles et inimaginables, usent de quelques d'accessoires et parfois même invitent des potes ou potines à se joindre à eux, et ensuite naissent les sentiments. Ahhh L'amour triomphe toujours. *soupir*

Maintenant que j'en ai terminé avec les très grandes lignes (je suis fière de moi, j'ai fait plus court que mon dernier billet), je vais être forcée de me dévoiler. Comment j'aborde l'écriture des scènes hots ? Bonne question ! vous répondrai-je. ^^ Dans ces moments-là, je cesse de prendre mes cachetons bleus et rouges et je deviens schizophrène. Dans la vie réelle, je suis quelqu'un de très très pudique. En tant qu'auteure, derrière mon écran, je me cache et je me lâche. lol Mais pas trop non plus ! Point trop n'en faut. Généralement, mes livres contiennent grand maximum 10% de sexe par rapport au nombre total de pages. Nous sommes loin des 80% dans les vraies romances érotiques. ha ha Je le redis, je ne trouve pas que mes scènes hots soient si nombreuses pour les classer dans cette catégorie. D'ailleurs, je me défends d'écrire une telle littérature, je n'en ai pas le talent sinon je deviendrais aussi célèbre que Maya Banks, Sara Agnès L. ou Angela Behelle pour ne citer qu'elles. J'écris de la R-O-M-A-N-C-E guimauve avec quelques passages tièdes chaudes, nuance. ;-) 

En ce qui concerne le contenu de mes passages de fesses, je trouve que dans l'ensemble ils ne sont pas si explicites voire même sont très classiques, d'où le mot "sensuel" que je préfère à "érotique". Je ne sais pas pourquoi le mot "érotisme" comporte une connotation "hard" alors que ce serait plutôt la pornographie qui y serait associée. La limite de ma sensibilité est très vite atteinte, je suppose... En tout état de cause, ce que j'écris c'est du pipi de chat par rapport aux romances érotiques. ;-P Si je veux un peu innover dans mes romances, il me reste encore à tester la sodomie et les accessoires... (zut, je ne peux pas croire que c'est moi qui ait écrit cette dernière phrase !!! T_T Si ma mère tombe sur ce billet, je suis cuite...)

Pour terminer sur ce sujet très embarrassant pour moi, les écrire d'un premier jet est une chose, les réécrire, les retravailler et les décortiquer jusqu'à ce que ce soit cohérent en est une autre. Par exemple, si le héros a déjà une main sur le sein de l'héroïne et l'autre sur son visage, il ne peut pas lui coller une troisième main aux fesses ! Sinon, c'est un alien ! mdr Quand je me relis encore et encore, je trouve ça extrêmement gênant. C'est pour vous dire à quel point je suis pudique. En revanche, lire les romances érotiques d'autres auteures ne me pose absolument pas de problème. Je me dédouane en quelque sorte... Et pour celles qui se demanderaient si je mate des films porno en même temps que je rédige dans quelle positions mes héros font crac crac, la réponse est NON. lol Seulement l'imagination en est la clé. ;-)

Sur ce, si vous me cherchez, je suis déjà partie ! Je nierai même sous la torture être véritablement l'auteure de ce billet... ^^


samedi 17 octobre 2015

L(M)es couvertures de romance


Avertissement : ceci est un très long post !
 Préparez-vous un café ou un thé avant de l'attaquer. ha ha 

S'il y a bien une étape primordiale dans la fabrication de n'importe quel livre, c'est bien celle du choix de sa couverture. Pourquoi ? Parce que c'est le tout premier contact, la toute première relation qui se noue entre le livre et le lecteur. Que ce soit sur un support physique ou électronique, le visuel est très important. Il faut donc soigner sa présentation car une couverture qui accroche l’œil et éveille l'intérêt est un pari à moitié réussi, à l'image de l'expression : "une femme qui rit est à moitié séduite" ! lol Ce n'est pas pour rien que les  maisons d'éditions et certains auteurs auto-édités mettent le paquet sur des couvertures abouties et s'octroient les services de graphistes professionnels.

Alors évidemment, la couverture est un très vaste sujet, trop pour pouvoir en faire jamais le tour. Certains argueront que c'est une histoire de goût, de sensibilité, d'esthétisme, etc. C'est comme tout, il est très difficile de remporter tous les suffrages. Je laisse donc de côté ces considérations personnelles, je ne fais pas une thèse dessus sinon j'écrirais un livre et non plus un simple article de blog ! lol De même que je bouderai la littérature généraliste pour m'intéresser de plus près à celle que je connais assez bien, à savoir la romance. ^^

En règle générale, les illustrations de romance ne passent pas inaperçues. Parfois, elles essayent de se camoufler mais il y a toujours un truc, un détail qui trahit leur contenu sentimental puisque ces livres s'adressent à une clientèle particulière. Eh oui, sans signaux indicateurs (flagrants ou discrets), la lectrice de romance ne sait plus à quel saint se vouer ! Romance, pas romance ? Et c'est dit sans péjoration de ma part, vous allez comprendre pourquoi beaucoup plus bas. 

Chez le plus gros éditeur de romance, c'est-à-dire Harlequin, point de cachotterie, la recette de leurs collections ancestrales n'a pas vraiment bougé depuis... cinquante ans ! Certes, au fil des décennies, les couvertures ont subi des liftings en se modernisant mais rien de bien "bouleversifiant". Dans la collection Azur, par exemple, il y a toujours le visuel du couple enlacé contre un mur, sur un lit, sur un bureau... (ah, j'avais oublié le bord de mer). La collection numérique HQN a un peu bousculé ces couvertures figées et apporté un grain de folie, un côté plus fun. En effet, elles sont plus colorées pour refléter le côté pétillant de l'histoire.




Dans la collection Aventures & Passions chez J'ai lu, les pochettes ont aussi évolué avec le temps tout en conservant leur couleur distinctive : le rouge. En dix ans, elles se sont assagies. Au début, très suggestives, les pochettes sont devenues de moins en moins criardes, de plus en plus discrètes. Du coup, je trouve qu'elles ont perdu en reconnaissance. Elles marquent moins les esprits que les poitrails dépenaillés. En tout cas, je retiens moins bien les titres (ça, c'est peut-être dû à l'âge aussi...). Un exemple avec la réédition de "Passion d'une nuit d'été".

Après (juste un coup d'oeil pudique)
Avant (avec des héros presque à poil)


















Chez certains éditeurs, plus c'est érotique, plus l'enrobage est... "soft". lol Ils ont raison de miser sur la sobriété pour contrebalancer le texte sulfureux. Imaginez si la couverture reflétait réellement le contenu, aucune lectrice n'oserait se balader dans les rues avec ! Même si personne n'est vraiment dupe de ce subterfuge ! :-P

Ici, une cravate
Là, des boutons de manchettes


















Chez Milady, la mode est aux tablettes de chocolat en ce moment. lol A croquer, n'est-ce pas ? ;-) Que les héros soient des sportifs, des rocks-stars, des motards, des cow-boys, des militaires..., il y a toujours matière à exposer leur torse bien foutus. En même temps, je suis bien placée pour savoir que ces attributs attirent l’œil féminin ! ;-P "Détraqué" a d'abord intéressé bon nombre de mes lectrices grâce à sa couverture alléchante. hihihi


Personnellement, cette débauche de testostérone me laisse de glace. Comment ça, menteuse ? Si si, je vous le jure. ^^ Ma préférence tend plutôt vers les couvertures de romance paranormale. Quand elles sont bien faites, je les trouve absolument magnifiques. Elles sont beaucoup plus recherchées, plus travaillées que ses homologues contemporaines. Normal puisqu'elles font appel à notre imaginaire, au rêve.

A mon humble niveau d'auteure auto-éditée, comme la très grande majorité de mes camarades, je ne fais appel à personne pour mes couvertures parce que je n'en ai pas les moyens. C'est aussi simple que ça ! lol Un rapide calcul, mon "chiffre d'affaires" pour l'ensemble des ventes en 2014 s'élevait à 600 euros et des bananes. Si j'avais demandé à un graphiste de me fabriquer de jolies pochettes pour mes cinq livres et nouvelles, il m'aurait compté ne serait-ce que 100 euros par couverture, je me serais retrouvée en bout de course avec 100 euros et des brouettes de bénéfices. Autant dire... que dalle pour mes heures de dur labeur ! :-/ Donc j'ai retroussé mes manches et ai commencé à m'intéresser aux logiciels de retouches d'images et aux banques d'images.

What est-ce qu'une banque d'images ? Toutes les images ou photos qui circulent sur le net appartiennent forcément à quelqu'un. Elles ne se sont pas retrouvées par hasard sur la toile. mdr Légalement, il est interdit de les utiliser à des fins commerciales sans en avoir demandé au préalable l'autorisation à son auteur. Mais souvent, il est presque impossible de retrouver le fautif et donc de le contacter. Sachez que si vous prenez le gauche et persistez tout de même à utiliser la photo, ce sera à vos risques et périls. Si son auteur s'en rend compte, il peut vous ordonner de la retirer ou pire vous traîner devant les tribunaux pour en réclamer les droits d'auteur ! gloups 

Pour éviter ce genre d'incident fâcheux, il existe à disposition des auteurs en herbe ce qu'on appelle des banques d'images, c'est-à-dire des images libres de droits. Je vous arrête tout de suite, libre de droits ne signifie pas pour autant gratuité ! mdr Moi non plus, je n'avais pas compris ce paradoxe au début... L'expression signifie que vous devenez propriétaire de l'image en question après son achat. Vous ne payez pas de droits à chaque fois qu'un exemplaire de votre livre est vendu. A côté de ces sites payants, il en existe également qui proposent des photos gratuites mais très honnêtement, je ne les trouve absolument pas terribles. C'est pour ça que je me tourne vers les banques d'images dont je vous cite seulement trois exemples. Vous en avez beaucoup d'autres sur la toile.


Si vous avez le temps de vous promener sur ces sites, vous allez reconnaître les photos que j'ai achetées pour fabriquer mes couvertures. ^^ Autre chose amusante, comme ce sont des lieux communs pour les amateurs et les professionnels, ce qui devait arriver arriva : des doublons ! Je ne me moque pas, c'est juste un constat. Je sais que cela peut très bien m'arriver aussi. 











Alors, comment je choisis mes couvertures de romance ? ^^ Je suis sûre que vous mourez d'envie de connaître cette information vitale. D'abord, c'est au coup de coeur ! Je parcours pendant des heures et des heures les sites avant d'avoir un soubresaut et de me dire : "yes, c'est celle-là" ! Après, je commence à réfléchir. Je regarde si cela correspond un tant soit peu à mon histoire tout de même (un détail, le héros, l'héroïne, le lieu...) ou alors je fais correspondre la description dans mon livre à la photo. C'est ce qui s'est passé avec "Des Vignes & des Ronces", il me fallait absolument cette couverture toute douce ! Du coup, j'ai honteusement calqué le physique de Summer sur celle de l'image.  

Pour le logiciel de retouches d'images, j'utilise GIMP et seulement des fonctions très très basiques. Je retravaille ce que je pense être important, par exemple les polices de caractère et leur emplacement sur la couverture. Toujours selon moi, les résultats ne sont pas trop dégueu. lol Forcément en étant seule, je suis assez satisfaite de moi-même et ai moins de recul. De ce fait, aux yeux des autres, mes couvertures peuvent paraître très simples. On me reprochera sans doute mon nom qui est trop gros par rapport au titre... quoique j'ai toujours besoin d'un moment pour me reconnaître... Donc ce n'est toujours pas assez gros ! lol J'ai lu quelque part qu'il fallait marquer les esprits. CQFD. Quand je parlais de signaux indicateurs censés guider la lectrice, c'était sans moquerie aucune puisque je ne cache pas mon genre d'écriture. C'est comme le port salut, c'est écrit dessus ! R-O-M-A-N-C-E ! ^^ J'ai choisi d'inscrire cette précision parce que j'ai lu trop de critiques déçues de découvrir que ce n'était que de la romance. Au moins avec moi, vous savez où vous mettez les pieds. ^^ 

Désolée pour ce très long billet. :-/ La prochaine fois, je serai plus concise. @ la semaine suivante pour un sujet sur les scènes hots ! ;-)

samedi 10 octobre 2015

Le Festival du Roman Féminin le 20 & 21 Avril 2016


Je devais vous parler de couverture de livres mais je me permets d'intercaler ce flash spécial. :-)

Bannière du Festival du Roman Féminin

En tant qu'auteure française de romance, je ne pouvais pas passer à côté de cet évènement inédit en France. ^^ Eh oui, Mesdames, vous avez bien lu sur le bandeau d'annonce, pour la première fois sur notre sol, à Paris plus exactement, se tiendra le Festival du Roman Féminin. Faites circuler l'information. A vos agendas, notez bien ces deux dates importantes. Vous avez l'impression que c'est très loin 2016 mais je suis bien placée pour savoir que le temps passe très vite... lol

Vous aimez lire de la romance ? Contemporaine, paranormale, historique, érotique... Réservez donc ces deux jours exceptionnels pour venir dans la capitale rencontrer en chair et en os vos auteures françaises et anglo-saxonnes préférées. Vous pourrez discuter avec elles, faire dédicacer vos livres. Outre ces séances de dédicaces, il y aura une multitudes d'autres activités : des tables rondes, des ateliers, des discussions à bâtons rompus, etc. Le tout dans une ambiance chaleureuse et conviviale. Les auteures sont toujours ravies d'aller à la rencontre de leur lectorat. ;-)

Voici l'adresse du festival, au centre de Paris : 

Espace Saint-Martin

199 bis, rue Saint-Martin

75003 Paris


Je vous le dis très honnêtement, je n'ai pas d'intérêt dans cet évènement. Je n'en suis pas partenaire. Je ne suis pas invitée à quelque titre que ce soit. (Vous comprenez, ma présence risquerait d'éclipser les autres auteures ! :-P C'est beau de rêver...) Je paierai ma place comme les autres visiteuses et déambulerai parmi les ateliers toujours incognito. Je serai présente à ce festival parce que j'estime nécessaire de soutenir des initiatives aussi audacieuses : dédier uniquement tout un festival à la romance alors que le genre est encore si décrié en France. ;-) Et j'espère que vous serez nombreuses aussi à y participer.

Restez à l'écoute parce que je vous en reparlerai au fil des mois dès que j'aurais plus d'infos en ma possession. Ah oui, voici une autre raison de rester très attentive dans les mois à venir : je serai personnellement ravie d'offrir deux entrées gratuites (pour une ou deux journées selon vos disponibilités) à l'une d'entre vous et à son accompagnante ou à deux personnes différentes. ^^ Donc prévoyez vraiment d'êtres libres comme l'air à ces dates.

@ la semaine prochaine pour le sujet prévu : les couv' ! ;-) 

dimanche 4 octobre 2015

Des sourires et des larmes


Avant de vous parler d'émotions, je voulais vous communiquer la mienne en cet instant T ! Hum, que dire ? Youpi ! Super ! Génial ! Merci ! En tout cas, très très heureuse et très très émue que ma romance "Des Vignes & des Ronces" ait tenté assez de lectrices pour qu'elle intègre le top 100 Amazon en Kindle. La preuve en image. ^^


32e Place !!!!!

Désolée, je n'ai pas pu m'empêcher de vous le montrer... Ouep, la vanité me perdra. Mais ce moment est tellement éphémère (qui se souviendra de ce livre dans deux/trois mois ?) que je voulais le capturer et vous faire partager ma joie. Hé hé je suis à la 32e place dans le classement de la boutique Kindle à cette heure H ! ^^ Un énorme merci donc à toutes les lectrices qui se sont procurés mon livre par le biais de l'achat ou de l'emprunt. La cerise sur le gâteau serait de récolter un ou deux commentaires sur ce site mais mes livres en ont très peu (excepté pour "Détraqué"). Ce qui décourage les lectrices qui ne me connaîtraient pas. Mais bon, on ne peut pas tout avoir ! C'est déjà hyper super génialissime de se trouver là ! :-)

En fait, ce n'est pas tout à fait vrai, j'ai reçu en dehors d'Amazon presque deux commentaires. Voici un avis très sympathique envoyé à mon mail de la part de Sylvie C. que je remercie chaudement :

"je viens de terminer la lecture de votre nouveau livre "des vignes et
des ronces" j'ai juste ADORE ....
j'ai pleuré, j'ai souri et surtout je me suis complètement imprégnée
de cette belle histoire."

Pourquoi je dis presque deux ? Parce que l'autre commentaire laissé sous un de mes billets est incomplet. Ma lectrice un peu sadique maintient un suspense haletant... Et moi pendant ce temps-là, je me ronge les ongles. A-t-elle au moins fini de le lire ? Je sais juste qu'elle a apprécié le premier tiers... Ce qui n'est pas si mal, me direz-vous ! ;-)

Pour en revenir au sujet principal de mon billet, je vais m'appuyer sur les gentils mots de Sylvie. ^^ Si de son côté, elle a pleuré et souri pendant sa lecture, moi en tant qu'auteure, j'ai vécu la même chose, avec plus d'intensité encore. Quand j'écris, j'essaye de me mettre à la place des héros. Je tente de capter, de ressentir leurs doutes et leurs émotions, que ce soit lors des moments tristes ou joyeux. Ils font partie de mon quotidien pendant un certain laps de temps. Je m'attache à eux, je les aime. Quelque part, ils sont un prolongement de moi-même... Est-ce pour cela que certains auteurs ont du mal à encaisser les critiques négatives ? mdr Car à travers leur livre, ils se sentiraient directement attaqués ? Heu, j'arrête là ma psychologie de comptoir... Bref, j'espère que vous l'aurez compris, il est assez "légitime" pour n'importe quel auteur de vouloir protéger et défendre ceux que l'on aime. Moi, la première ! ;-)

Je m'immerge du mieux que je peux dans les situations, les réactions et les états d'âme de mes personnages. Résultat, je souris quand il leur arrive des évènements positifs et je m'effondre quand des malheurs leur tombent sur le coin de la figure. Et je peux vous dire que je me suis effondrée un paquet de fois ! lol Car je dois bien vous l'avouer, je suis une grande sensible. Mettez-moi devant un film un tant soit peu triste et je pourrais user des tonnes de mouchoirs ! En ce qui concerne mes livres, je pleure très facilement lorsqu'il y a des passages larmoyants. Pour ne citer que quelques exemples, j'ai passé quelques soirées à pleurer sur tout un chapitre pour "Des Vignes & des Ronces". Pas facile dans ce cas d'y voir clair avec des yeux remplis d'eau ! Pareil pour "Marry Me", j'avais chialé au début pour quoi vous savez... Pour "Détraqué", j'ai versé quelques larmes pendant la séparation. Bouh, zut, rien que d'y penser, j'ai l'émotimètre à son maximum... Et pourquoi je m'obstine à écrire des choses tristes aussi, hein ! Heureusement, pour contrebalancer, j'ai souri tout au long de l'écriture de "Une timide St-Valentin". ^^ Voilà mon quotidien d'auteure, mon cœur joue au yo-yo avec les péripéties de mes héros. ;-)

@ bientôt pour un nouveau billet dans lequel je vous parlerai de couvertures de livres !

jeudi 1 octobre 2015

Sortie officielle "Des Vignes et des Ronces"


"Des Vignes et des Ronces" (1e Octobre 2015)
http://amzn.to/2ffMGXH

Je vous poste ici un joli faire-part officiel qui, je l'espère, vous ravira ! ^^ 

Après 4 mois d'une gestation difficile et quelques kilos de tablette de chocolat lait/noisettes ingurgités dus au stress, je suis très heureuse et très fière de vous présenter mon nouveau bébé. Celui-ci n'est pas issu de mes entrailles mais tout droit sorti de mon imagination ! C'est tout comme, puisque la délivrance a été laborieuse. mdr Il répond au doux nom de "Des Vignes et des Ronces", mesure 173 pages et ne pèse que quelques grammes. :-) En tant que maman, je me porte tout sauf bien, je suis fébrile et m'inquiète déjà pour lui. Il faut dire qu'il part avec un sacré handicap, une naissance le jeudi 1e Octobre ! Quelle idée ! pfff

Au secours, arrêtez-moi ! Qu'est-ce que je peux raconter comme bêtises ! :-X Plus sérieusement, j'espère que ma modeste petite romance vous plaira. Morgan et Summer forment un très joli couple et je souhaite qu'ils vous séduisent tout autant que je l'ai été. Dans ce livre, j'ai voulu mettre en avant les relations filiales pas toujours évidentes. Comme dans la chanson de Maxime Le Forestier "Né quelque part" : "On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille". J'ai beaucoup aimé écrire les péripéties de mes protagonistes autour d'un vignoble en Californie. En leur compagnie, j'ai été tour à tour triste, énervée, attendrie, heureuse. Bref, pas eu envie de les quitter. *soupir* 

Pourquoi ce titre ? Tout d'abord, parce qu'il est très joli. mdr En fait, je trouve que les titres composés de "et" sonnent bien à l'oreille. "Des vignes", vous savez pourquoi ^^, et "des Ronces" car ce vignoble va être l'objet de toutes les rancœurs et placer les héros dans une situation épineuse. Fiez-vous à la couverture pour l'incarnation exacte de Summer, mon héroïne. Toute jolie, elle dégage une aura de douceur incroyable. La vie n'a pas été tendre avec elle. Et Morgan va se charger de lui en faire baver davantage ! Que voulez-vous, je suis adepte des héros qui font grincer les dents des lectrices. Mais pas trop "longtemps" non plus. J'ai un peu levé le pied avec celui-ci. Il est beaucoup moins borné que Rhys de "Secrète Jen" par exemple. Je n'en dis pas plus sinon je vais gâcher le suspense ! ^^

Une dernière chose, je suis retombée en enfance pendant les premiers chapitres de cette histoire. lol Vous avez dû voir un lapin qui accompagnait à chaque fois le livre. Il est en quelque sorte sa mascotte. Vous comprendrez pourquoi en lisant la romance ! ;-)

()_()
(O.O)
'(")(")' 

Je vous souhaite d'avance une excellente lecture !

@ bientôt pour un nouveau billet ! ;-)