lundi 31 août 2015

Les dangers de l'exclusivité


Il y a trois mois jour pour jour, j'avais pris la décision de mettre en exclusivité tous mes titres sur la plateforme de publication Amazon et d'intégrer le programme Kindle Unlimited. Après un trimestre, je dois dire que je suis très satisfaite du résultat. Bon, c'est loin d'être la gloire mais cela a permis aux lectrices de me découvrir à travers les quelques emprunts rémunérés trois francs six sous. Et c'est déjà ça, parce que mes ventes n'ont pas été magnifiques du fait des vacances.

Je suis globalement contente parce que mes ventes et emprunts sur Amazon pendant ces trois mois dépassent de très loin le cumul de mes redevances sur les deux autres plateformes, Kobo/Fnac et Google Plaie sur toute l'année 2014. Je sais que selon M. Jean de la Fontaine "patience et longueur de temps font plus que force ni que rage" mais je dois vous avouer que ma patience a tout de même ses limites. Dans mon bilan des gains en début d'année, vous avez pu constater à quel point, après un an de présence, mes redevances chez ces deux distributeurs étaient risibles, 7% de la totalité de mes redevances contre 93% chez Amazon.  Comme qui dirait il n'y a pas photo.

Pourtant, s'auto-éditer en exclusivité sur Amazon pour un auteur indépendant peut s'avérer "dangereux". Certes, le géant américain bénéficie d'un rayonnement international, sa plateforme est facile d'utilisation, le trafic est dense, pas de risque de s'éparpiller, etc...., mais l'inconvénient d'un unique distributeur c'est que vous vous cantonnez à un pré carré donc votre champ de "notoriété" est assez restreint. Vous ne touchez pas d'autre public puisque vous ne vendez pas ailleurs. Vous aurez du mal à faire votre trou quand vous essaierez de vous déployer sur les autres plateformes. Quelque part aussi, vous manquez cruellement d'ambition (sur ce dernier point, je plaide allègrement coupable !).

Récemment, j'ai vu sur le blog d'un autre auteur auto-édité, qui cartonne sur Amazon, son bilan plus que mitigé de ses ventes sur Google Plaie. Ce n'est pas très charitable mais je suis un peu rassurée puisque ces chiffres avoisinaient les miens. Là où il cumulait neuf ventes par mois, moi je n'en totalisais que trois. De ce côté-là, je n'ai pas trop de regrets d'avoir quitté temporairement Google Plaie. On dit pourtant que l'avenir de la lecture des e-books se joue non pas sur les liseuses ou les tablettes mais sur les smartphones. Heu, je n'ai pas remarqué cela. Nous aurait-on menti ? lol Ou alors cela ne concernerait que les auto-édités ! Les lecteurs feraient moins confiance aux auteurs indépendants ailleurs que sur Amazon...

Aïe aïe aïe pas toujours facile de décider de ce qui est bon pour soi ! J'avoue que le marketing, la promotion, je n'aime pas ça. Je ne sais pas me vendre et j'ai horreur de me mettre en avant (paradoxal, non ?). Peut-être toujours cette question du manque de légitimité d'être une auteure auto-proclamée. T_T A chacune ses complexes. Pour d'autres, c'est le poids qui les obnubilent ! mdr On me dit également qu'il faut se montrer sur Facebook mais je n'arrive toujours pas à m'y résoudre. Bref, au bout de 18 mois d'existence, je doute encore beaucoup ! Et le doute ne fait pas avancer le schmilblick. Donc je me donne encore quelques mois en exclusivité sur Amazon et après j'aviserai... 

@ la semaine pour un autre billet ! ;-)

samedi 22 août 2015

La loi des séries


Dans ce billet, je me penche sur les séries. Auparavant, avec le livre papier, les séries constituaient de bons gros pavés. Il se passait toujours beaucoup de péripéties dans chaque volume. Les héros traversaient le globe en long et en large à vous en donner le tournis. Je citerai, par exemple, la saga des "Angélique" d'Anne et Serge Golon (14 volumes très conséquents dans lesquels seul le train n'a pas roulé sur le corps de l'héroïne o_O) ou plus proche de nous, Diana Gabaldon avec son épaisse série écossaise relatant sur plusieurs années la vie de son couple phare : Jamie et Claire. 

Avec l'avènement de la publication numérique, je remarque une véritable "explosion" des séries en ce moment et qui trustent bien sûr le top 100 Kindle Amazon. C'est bien simple, les suites sont à toutes les sauces ! Finis les gros volumes. Parfois d'une vingtaine de pages ("Sexcort" de Gilles Milo-Vacéri chez Harlequin HQN) jusqu'à plus de la centaine, elles prolifèrent comme les coquelicots sur les bords des routes. Le champion des éditeurs en la matière est bien sûr les "Editions Addictives". On ne compte plus ces mini volumes en trois, six ou douze épisodes d'une soixante de pages. C'est triste à dire mais la finalité dans tout ça, eh bien c'est l'argent qu'ils rapportent. A vos calculettes : 2,99 x 3 = 8,98 € pour 180 pages. Gné ? o_O C'est un peu cher pour ce que c'est ! Et pourtant ces livres se vendent comme des petits pains. La pilule passe certainement mieux au coup par coup car vous ne pensez pas au prix final. Un peu comme un crédit que l'on rembourserait tout les mois tout en douceur avec un taux d'intérêt très élevé. 

D'autres maisons d'éditions n'hésitent plus à investir ce créneau porteur, peut-être appâtées par les gains potentiels. Après tout, pourquoi ne pas essayer ? Tant mieux si ça marche et tant pis si la sauce ne prend pas puisque c'est du numérique, il n'y a pas vraiment de déchets. Par exemple, les "Editions Blanche" (Hugo romance) spécialisées dans la littérature érotique publient en ce moment sous forme de feuilleton "Long Night" de M. Pierce. Moins d'une centaine de pages en moyenne à 3,99 € l'opus... avant de sortir le livre en entier quelques mois plus tard à 7,99 € ! Sont malins ces éditeurs quand même ! hihihi Et j'ai vu que Milady s'y mettait dès la rentrée ! Qu'on se le dise, les séries ont envahi les sites marchands !

Le format série n'est pas la prérogative des éditeurs traditionnels. Les auteurs indépendants découpent aussi leurs livres. Comme pour les séries américaines, il y a même des saisons maintenant ! mdr Sg Horizons, avec sa conscrite Crys Louca, ont écrit à quatre mains : "Au service du surnaturel : Jenna", pas moins de huit épisodes pour une première saison à des prix oscillant entre 0,99 € et 1,99 €. D'après l'une des auteures, le format numérique se prête très bien à ce genre de saucissonnage. Pas beaucoup de temps devant vous ? Ne vous tracassez pas, c'est vite lu ! 



 
A l'heure actuelle, il faut créer du suspense à chaque fin d'e-book, laisser le lecteur sur la brèche pour l'accrocher, ce que les américains appellent un twist ou un cliffhanger. L'auteure Maddie D. a cartonné en numérique avec son "Toi et moi, désastre assuré" vol. 1 et 2 qui font respectivement 130 et 110 pages à 2,99 € chacun. Le tout ne faisant que 240 pages... Etait-ce trop pour la lectrice de base ? Son cerveau aurait-il surchauffé au-delà de 130 pages ? D'ailleurs, le commentaire d'une lectrice m'avait fait sourire parce qu'elle s'interrogeait sur le pourquoi de deux volumes alors qu'un seul aurait été suffisant. Je vous laisse deviner la réponse... 



De même, pour l'auteure Jackie Lynn Neely, paraît-il qu'elle avait annoncé au mois de mai la sortie d'un seul volume de "Orgueil et Voluptés" et que lors de la publication, le livre s'est retrouvé scindé en deux volumes ! Alors que précédemment, elle ne faisait que des tomes intégraux.  



Et les exemples ne manquent pas à l'appel. Scarlett Edwards auteure de "Percée à nue" avait prévu 6 tomes au départ et, face au succès de la série, a rallongé la sauce jusqu'à l'affadir en... 11 tomes !!! Valentine Leroy avec sa série du milliardaire charismatique et ces dizaines de couvertures qui se ressemblent toutes... Stéphanie Nérita a fait la même chose avec 3 volumes de "Coup de coeur" ! Est-ce que nous sommes condamnés à imiter la mode ? Exactement comme après la sortie de "50 Nuances de Grey" de E. L. James, des livres BDSM sur les héros à tendance dominante et, bizarrement, des héroïnes qui se découvraient soumises, ont tapissé les librairies tels des champignons envahissant le sol des forêts en automne. 

Mais au fond, je dis pourquoi pas ? Pourquoi s'en priver quand ça fonctionne et que les lectrices sont de plus en plus avides de suivre des épisodes ? Il faut surfer sur la vague... C'est plutôt moi, à contre-courant, qui suis très bête de ne pas suivre ce filon. Il faut que je réfléchisse à ma carrière... (quelle carrière ?? me souffle-t-on à l'oreille. Grrrr) Il se pourrait bien que je me laisse corrompre... Ah non, c'est vrai, j'avais oublié que les formats courts ne me réussissaient pas du tout ! snif Clap de fin. L'affaire est torchée. Tant pis pour moi, je ne publierai pas "Les 1001 secrets d'un milliardaire dominateur" en cinquante épisodes ! :-(

@ bientôt pour un nouveau billet ! ;-)

lundi 17 août 2015

De retour au bercail ;-)


Coucou, c'est moi ! Je suis rentrée... bien que je ne sois jamais réellement partie ! :-D Ahhh, ça fait du bien de retrouver mon petit blog. Est-ce que je vous ai manqué ? Ou tout du moins, mes billets vous ont manqué ? Je suis sûre que oui ! Enfin, j'aime à me le persuader sinon je vais déprimer sec ! :-(

Nous voilà partis pour un deuxième semestre assez chargé avec des billets toujours super intéressants (dixit moi !), des sorties de romances (encore !) (hum qui a soufflé d'exaspération dans la salle ?? Grrrr), un modeste cadeau pour mes lectrices en prévision de Nowel ^^ et un jeu-concours pour la fin de l'année.

Mon retour commence mal puisque ce petit billet ne sera pas très "intéressant" dans le sens où il ne vous apprendra rien. Il constitue plus une transition tout en douceur pour mon come-back. Eh bien quoi, je dois me ménager si je veux finir l'année sereinement. ;-P En parlant de me "ménager", je n'ai pas fichu grand-chose pendant ces vacances. Vous pouvez deviner ce que je vais écrire, allez toutes en chœur avec moi, JE SUIS EN RETARD !!!! Héloïse Hercule n'a pas accompli tous les travaux qu'elle avait prévus, hélas... Sans compter que j'ai tout fait à l'envers, j'ai très très bien avancé sur "Laissées pour contes" qui doit sortir le 1e Décembre alors que j'ai quelque peu mis de côté "Des Vignes et des Ronces" prévu pour le 1e Octobre. Aïe, va se poser la question de permuter mes sorties...  Bref, je suis déjà perdue... 

Une chose positive pendant ces congés tout de même, j'ai apporté quelques humbles modifications à mon blog. J'ai rajouté des rubriques sur le bandeau de droite afin que vous puissiez mieux me connaître. Je n'ai pas pris la peine de préciser que j'étais une gentille personne parce que ça tout le monde le savait déjà ! haha Je n'ai donc affiché que d'autres informations plus pertinentes en temps réel : ce que j'étais en train de lire (et qui, forcément, me déprime parce que ça me rappelle mon insignifiance par rapport à ces supers auteures), sur quelle romance je planche actuellement, la musique que j'écoute. Si vous avez envie de réagir sur ces rubriques, n'hésitez pas !

@ la prochaine fois pour un autre billet qui, je vous le certifie, sera bien plus instructif ! ;-)