vendredi 26 juin 2015

Pourquoi les livres auto-édités sont-il aussi mauvais ?


Je vous arrête tout de suite, je ne suis pas l'auteure de cette question un brin provocatrice. Elle ne me serait jamais venue à l'esprit. Je suis quelqu'un de pacifique qui ne voudrait surtout pas soulever de vagues (heu Pacifique... Vagues... bon ok, c'est nul, je sors).
Peace. Yo sister, tu veux tirer une taffe ? smileys Fumeurs 

En fait, c'est un auteur, lui-même auto-édité, Thibault Delavaud, qui a lancé ce pavé dans la marre et qui a froissé pas mal de susceptibilités. Les réactions ne se sont pas faites attendre. Arghh chatouiller l'égo d'un auteur et vous aurez forcément un retour de bâton ! lol Mais comme je ne suis pas douée pour chercher sur le net, je n'ai pas pu suivre les échanges réputées houleux. Zut !

Alors d'après ses propos, la très grande majorité des livres auto-édités seraient tout simplement mauvais. Leur nombre excessif, constitué au mieux de textes inintéressants et au pire illisibles, générerait une pollution et contribuerait à entretenir dans l'esprit des lecteurs une médiocrité générale de l'auto-édition. Voici en détail les principales "fautes" qu'il a relevées chez les auteurs indépendants :
   
1 - L'orthographe et la maîtrise de la langue française. 
Pas besoin de détailler, je pense que c'est assez clair.

2 - Le traitement de l'histoire et des personnages. 
Celui-ci est très souvent médiocre : clichés, dialogues creux ou qui sonnent faux, personnages caricaturaux, aucune originalité...

3 - La fadeur. 
Il s'agit de livres qui sont plutôt assez bien écrits et qui "tiennent la route". Mais leur lecture laisse indifférent, elle ne suscite ni enthousiasme ni passion. Ces livres n'apportent pas grand-chose et sont complètement oubliés aussitôt leur lecture achevée. 

Bon je crois que je vais aller me pendre maintenant ! lol  

Qu'est-ce que j'en pense ? Me sens-je visée ? Oui un peu quand même puisque je fais partie de cette horde d'auto-édités. lol Cependant, je crois que je ne suis plus à une critique près ! Donc finalement ce genre d'article me fait plutôt doucement rigoler. A mon humble avis, l'auteur provocateur enfonce des portes ouvertes. Presque tout le monde s'accorde déjà sur ce fait. Oui, les livres auto-édités ne sont pas exempts de maladresse, de faiblesse, de fautes et autres coquilles. Leurs auteurs ont beau faire de leur mieux, ils sont seuls dans l'aventure à décider du chemin qu'il emprunteront. Parfois le parcours est tortueux, les directions mal indiquées. Chacun fait ce qu'il peut avec les moyens qu'il a, moi y compris ! 

Dans ce cas, est-ce bien judicieux de stigmatiser encore plus une catégorie déjà très mal perçue ? Nous sommes assez mal considérés en général sans que l'un d'entre nous n'apporte de l'eau au moulin des détracteurs, non ?
Encore une taffe, sister ? smileys Fumeurs 

Peace et @u 1e Juillet pour la sortie officielle de ma petite romance estivale, "Les Sarments du Coeur" ! Ah, j'ai failli faire une gaffe monumentale dans cette nouvelle, je vous raconterai... ;-)


mercredi 17 juin 2015

De l'importance de la musique...





Vous avez dû remarquer à quel point la musique est importante pour moi étant donné que je l'associe très souvent à mes livres. Vous noterez que les deux activités sont assez proches l'une de l'autre puisque, que ce soit pour la musique ou l'écriture, le processus de création en est la base. Alors la musique est omniprésente dans presque tous les instants de ma vie. Je monte dans ma voiture, l'auto radio s'enclenche automatiquement. Je ne l'éteins presque jamais. Dans les magasins, je fredonne les chansons qui sont diffusées. Quand je marche, j'ai les écouteurs du Ipod vissés dans les oreilles. Pendant que je cuisine je mets la musique en sourdine. Le soir avant de me coucher, je mettais de la musique classique (très bon somnifère soit dit en passant ! lol). Le peu de sport se pratique avec la zik à donf. Quand j'étais plus jeune, je branchais un poste dans la petite salle de bains familiale (en faisant gaffe quand même de ne pas m'électrocuter) et je pouvais passer des heures enfermée dedans. Ça faisait enrager mes frères et sœurs qui tambourinaient à la porte parce qu'ils voulaient la place. hihihi

C'est donc tout naturellement que je baigne dans la musique pendant que j'écris. Devinez quoi ? En ce moment même, la musique fonctionne pendant que j'écris mon billet. mdr Pour écouter autant de musique, je suis abonnée à Spotify, l'écoute en streaming et en illimité. Et quand j'ai un coup de cœur, hop direction Itunes pour l'acheter et la placer sur l'Ipod. De la conception à la relecture de mes histoires, j'ai un besoin vital de musique. Je me sens beaucoup plus productive, elle me motive, me transporte. Mais attention, je n'écoute pas n'importe quelle musique non plus pendant que je planche. Oh la la, surtout pas de français parce que ça me déconcentre, j'en comprends les paroles ! lol Pas de rap non plus, ça m'agresse, pas de classique, ça freine mon imagination... Suis tatillonne quand même ! pfff

Les chansons me sont des aides précieuses quand je sèche sur le titre d'un livre. Pour "Marry Me" et "Marry You", j'ai carrément subtilisé les titres de Jason Derulo et de Bruno Mars. :-/ Mais chut... Un synopsis peut aussi se former pendant l'écoute de la chanson. Ce fut le cas pour "Détraqué". Le squelette a été directement inspiré des paroles de "Black Widow" interprétées par Iggy Azalea. ;-) 

Musicalement vôtre !

@ très bientôt pour un nouveau billet dans lequel je dénouerai le vrai du faux ! :-P


mardi 9 juin 2015

Roch Voisine et "Les sarments du coeur" (extrait et précommande)


Argh ! Je ne voulais plus quitter les héros de ma nouvelle estivale. lol De 60 pages prévues, ma petite romance atteint presque les 100 pages ! Zut, j'ai de plus en plus de mal à me restreindre. Mais leur histoire est tellement touchante... Bref, j'espère que vous passerez un aussi agréable moment à la lire que j'en ai passé à la concocter. 

D'habitude, pour les nouvelles, je ne lui associe pas de chanson mais pour celle-ci, je fais une exception parce que j'ai trouvé une chanson qui collait assez bien à l'histoire. ;-) Il s'agit d'un vieux tube de 1989 (!!! Ouh la la, ça ne me rajeunit pas tout ça !) qui s'intitule "Hélène" d'un artiste québécois : Roch Voisine, qui a fait son petit effet sur la gent féminine. J'avoue que moi-même je n'étais pas insensible à sa belle mâchoire carrée ! hihihi 

Pour les besoins de mon livre, j'ai modifié le prénom de la chanson. De "Hélène", l'héroïne devient "Elyse" :-P et il faut vous imaginer les héros, non pas en train de se rouler sur le sable (et se rouler des pelles accessoirement), mais de se promener main dans la main dans un vignoble (et se rouler des pelles accessoirement). Non parce que, imaginez-vous en train de vous rouler sur la terre sèche (et vous roulez des pelles accessoirement) entre les rangs de vigne, eh bien ça écorche un peu la peau ! mdr Vous me suivez ? :-/



Seul sur le sable les yeux dans l'eau
Mon rêve était trop beau
L'été qui s'achève tu partiras
A cent mille lieux de moi
Comment oublier ton sourire
Et tellement de souvenirs

 
Nos jeux dans les vagues près du quai
Je n'ai vu le temps passer
L'amour sur la plage désertée
Nos corps brûlés enlacés
Comment t'aimer si tu t'en vas
Dans ton pays loin là-bas oua oua

 
(Hélène)  Elyse things you do make me crazy bout you
Pourquoi tu pars reste ici j'ai tant besoin d'une amie
(Hélène)  Elyse things you do make me crazy bout you
Pourquoi tu pars si loin de moi
Là ou le vent te porte loin de mon cœoeur qui bat

 
(Hélène)  Elyse things you do make me crazy bout you
Pourquoi tu pars reste ici reste encore juste une nuit

 
Seul sur le sable les yeux dans l'eau
Mon rêve était trop beau
L'été qui s'achève tu partiras
A cent mille lieux de moi
Comment t'aimer si tu t'en vas
Dans ton pays loin là-bas
Dans ton pays loin là-bas oua oua oua da ba da
Dans ton pays loin de moi


* * * * *


C'est malin, je vais avoir l'air dans la tête toute la nuit ! lol

Et maintenant place à l'extrait de la nouvelle "Les sarments du coeur" ! Alors pour celles qui se poseraient la question, non, mon doigt n'a pas ripé entre les deux voyelles. Je voulais vraiment écrire "sarments" et non "serments". Bon, vous me connaissez maintenant, j'aime bien les jeux de mots (pourris parfois, je vous le concède lol). ;-) Le titre est bien sûr en rapport avec la vigne. Un dernier petit mot (pas pourri celui-là) pour vous dire qu'il est en précommande sur le site Amazon ---> ICI

"Les sarments du coeur" (1e Juillet 2015)






"Depuis la trahison de son fiancé, Elyse a renoncé au bonheur. Ce qui n'est pas le cas de son frère, Warren. Sur le point de se marier au Chili, il l'invite à séjourner sur les vastes terres de son futur beau-frère. L'attraction entre la jeune femme et Joaquin, le propriétaire terrien, est quasi immédiate. Lorsqu'elle lui propose une liaison sans lendemain, il accepte. Mais peu à peu, il transforme les règles de leur accord..."


Excellente lecture et @ la semaine prochaine pour un nouveau billet ! :-)