vendredi 15 mai 2015

Le prix des e-books


Combien ça coûte ?
En France, le prix du livre physique est très réglementé. Il doit être vendu à un prix unique, c'est-à-dire que vous trouverez le même ouvrage à un tarif identique quelque soit la crèmerie dans laquelle vous vous rendrez. Que ce soit chez un libraire, dans un espace culturel d'un Leclerc, dans un hypermarché Carrefour ou sur des sites marchands de la toile, ces distributeurs ont l'obligation de revendre le livre papier au prix fixé par les éditeurs. Ce qui évite bien évidemment la concurrence déloyale. Voyons, vous comprenez bien qu'un livre n'est pas traité comme une vulgaire boîte de petits pois. Eh oui, grâce à  la Loi Lang, il a été hissé au rang de produit sacré ! Tout au plus, ces fournisseurs peuvent-ils appliquer une généreuse ristourne de 5% si le cœur leur en dit. 

En ce qui concerne les livres électroniques, une loi de 2011 impose également aux éditeurs un prix unique. Il sont en quelque sorte coincés, les pauvres ! lol Mais vous allez voir que ça les arrange bien et qu'ils ne se gênent pas pour placer la barre assez haut. Une maison traditionnelle d'édition a des charges de gestion qu'elle fait répercuter sur le prix des e-books. Il est de notoriété publique que lorsqu'on passe par des intermédiaires, chaque maillon de la chaîne réclame sa part du gâteau. Quoique pour les e-books, je pencherais pour l'hypothèse selon laquelle les éditeurs s'engraissent largement au passage. J'écris ça, j'écris rien... Vous avez sûrement remarqué le peu de différence entre le prix d'un livre physique et son pendant électronique (cf. "Flash" de Kendall Ryan à 17,50 € en papier et à 13,99 € en e-book) alors que la version dématérialisée est bien moins vorace en termes de coûts de fonctionnement : pas de libraire ni d'imprimeur à rémunérer, pas de stocks à gérer donc pas d'invendus... Hum J'espère que la marge dégagée sert à mieux payer les auteurs ? lol 

Quant aux éditeurs purement numériques qui fleurissent comme des coquelicots au printemps, ils se sont engouffrés dans cette manne du livre électronique. Sur leurs sites, ils font régulièrement des appels à texte pour dénicher les talents de demain. Je trouve parfois leurs prix prohibitifs aussi. Ma remarque précédente sur les faibles coûts de fonctionnement s'applique aussi ici. C'est tout bénef pour eux ! Toutefois, j'ai remarqué que la qualité n'était pas toujours au rendez-vous. J'ai acheté trois bouquins pour tenter et ne renouvellerai pas l'expérience. C'était peut-être la loi des séries, mais la mise en page était catastrophique sans compter de très nombreuses fautes d'orthographe. A ce prix-là, ils pourraient faire un effort ! Pour le coup, autant acheter un auteur auto-édité... allez au hasard plouf plouf... moi ! :-P Mais ça fait toujours plus respectable, moins auteur raté de seconde zone, d'être publié sous la bannière d'une maison d'édition peu importe laquelle. J'écris ça, j'écris rien...

Et justement où se situent les auto-édités, c'est à dire la plèbe, par rapport à la loi ? Eh bien, figurez-vous qu'il n'y a aucune législation pour eux et quand rien n'est encadré, c'est l'anarchie avec un grand A. On peut même dire qu'il règne une belle pagaille de ce côté-ci du royaume (pas pourri) des e-books. lol Les prix placardés sont quelquefois farfelus. Par exemple, certaines nouvelles de 15 pages sont publiées à 0,99 € et d'autres de 30 pages caracolent à 2, 99 €. Je dirais que dans le cas d'un auteur indépendant, l'affect et l'égo rentrent énormément en ligne de compte pour déterminer le fruit du labeur. Certains considèrent qu'ils ont sué sang et eaux pour écrire leur "chef-d’œuvre " et croient bille en tête que leur titre va parader en haut de l'affiche, donc ne veulent en aucun cas brader leur travail. C'est tout à fait compréhensible et j'admire leurs certitudes. Pour ceux-là, les prix sont relativement élevés pour le nombre de pages proposés. A l'inverse d'autres auteurs se sentent l'âme beaucoup plus modeste et démarrent un premier roman de 350 pages à 0,99 €. Surtout dans le but d'être lu et de se faire connaître. 

Et la petite Héloïse dans tout ça ? Elle était un peu dans la panade quand il a fallu évaluer... Qu'est-ce que tu voudrais faire quand tu seras plus grande ? (<-- Jacques Martin, sors de ce corps ! mdr) Quand j'ai terminé "Secrète Jen", le dilemme du prix s'est imposé au moment de sa publication. Je peux vous l'avouer maintenant, j'étais assez fière de mon livre (que voulez-vous l'affect ! *soupir*) donc je ne voulais pas le mettre au prix plancher mais je ne voulais pas non plus déconner exagérer pour ne pas dissuader les éventuelles lectrices. J'étais une parfaite inconnue dans la jungle Amazonienne et surtout la seule à apprécier mon livre ! lol J'ai donc opté pour un montant raisonnable à mes yeux, à savoir 2,99 €. Depuis, je m'accroche à ce prix.

Le juste prix ? C'est comme la perfection, il n'existe pas en ce bas-monde ! Je crois que chaque acteur fixe arbitrairement le sien selon son ressenti propre, son but à atteindre et ses impératifs. 

Je vous dis @ la semaine prochaine pour un nouveau billet dans lequel je vous révèlerai les dessous de la rémunération des différentes plateformes de ventes et vous dévoilerai mes (maigres) gains d'auteure. :-)

2 commentaires:

  1. Bonjour, c'est vrai que des fois les prix sont abusés, par exemple je voudrais deux tome 2 de livres qui sont a 17,75 euros ils font 180 et 350 pages et ils sont en Canadien donc je ne les achèterais jamais. En comparaison la serie After que j'ai eu à 7,99 euros où chaque tome fait a peu près 500 pages et en la traduction est en français. Chercher l'erreur ! Personnellement j'achète maximum un livre jusqu'à 10 euros apres je peut mettre plus si vraiment il me donne envi mais c'est vrai que il n'y a pas de grande différence avec le livre papier dans ce cas là. Et oui espérons que les auteurs soit un peu mieux rémunéré ... Apres pour les nouvelles, personnellement je n'en achète pas beaucoup mais généralement à plus de 1,99 euros je ne les prend pas, il faut pas non plus abuser.
    Vos livres ne sont vraiment pas chers en comparaison et c'est vrai que je me dis que votre rémunération pour tout ça ne doit pas être énorme a moins de vendre beaucoup d'exemplaire. Merci en tout cas de prendre le temps de nous expliquer tout ça ! ;)

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    Je crois que les Editions AdA resteront le grand mystère de ce XXIe siècle pour le prix hyper élevé de leurs e-books. lol
    Je suis ravie que mon petit article vous ait un tant soit peu intéressé. ;-) Et vous avez tout deviné, avec des prix bas et en ne vendant pas beaucoup, je ne gagne pas grand-chose comme redevances. Ce que vous découvrirez dans mon prochain billet. Mais ce n'est pas grave, je ne fais pas ça pour l'argent (<-- généralement l'excuse des auteurs qui n'ont pas de succès ! :-P)

    RépondreSupprimer