dimanche 20 décembre 2015

Joyeuses Fêtes de fin d'année !

Mon beau sapin... ♪♪

Pour une fois, je vais écrire un billet assez bref. Je peux entendre certaines d'entre vous souffler de soulagement et d'autres chuchoter : "Ah, on ne va pas se coltiner des paragraphes et des paragraphes de son délire incompréhensible !" Mais ne vous réjouissez pas trop vite, ce répit ne sera que de courte durée. Vous subirez mes humeurs en long, en large et en travers l'année prochaine. :-P

Eh oui chères lectrices, nous sommes déjà arrivées en bout de course. C'est la fin de l'année. Je vais vous sortir ma rengaine préférée comme un vieux disque rayé : "que le temps passe vite !" ^_^ La dernière page 2015 est en train de se tourner. J'écrase une larme en l'enterrant presque pour de bon. Le chapitre 2016 se profile à l'horizon et il n'appartient qu'à nous d'écrire les lignes de notre destinée sur ces feuilles vierges. ;-)

Je m'absente pendant les fêtes de fin d'année donc le blog va être en stand-by pour les deux semaines à venir. Je pars célébrer Noël en famille et surtout allonger mes courtes jambes sous la table. Yesss ! Plus de cuisine ni de vaisselle à faire pendant quelques jours ! Le. Bonheur. Total ! ;-) J'aime bien me retrouver derrière les fourneaux mais ce que j'apprécie le plus c'est de pouvoir souffler de temps en temps. Ne plus devoir faire un choix cornélien entre des pâtes Lustucru ou une purée Vico et laisser les autres gérer à ma place ce petit tracas du quotidien.

Je mettrai à profit ce temps de repos pour essayer de nettoyer mon ordinateur (encore !) et de réfléchir à des améliorations éventuelles pour mon humble "carrière" d'auteure. Ouh la la, rien de grandiose mais des petites choses, quelques cadeaux, des surprises, etc. En tout état de cause, je reviendrai le 1e janvier, fidèle au poste, pour vous souhaiter la bonne année, établir un bilan définitif de l'année écoulée et vous livrer le fruit de mes intenses cogitations. Mais avant d'anticiper les évènements de 2016, intéressons-nous au temps présent. 

Ce billet est l'occasion rêvée pour moi de vous remercier très très chaleureusement pour avoir fait l'effort de venir sur mon blog vous farcir et de lire mes élucubrations, mes états d'âme d'auteure auto-éditée. Merci également à vous qui avez pris quelques heures sur votre précieux temps pour lire mes modestes romances, de les apprécier, de m'envoyer un mail pour m'encourager, de déposer un avis...

Du fond du cœur, je vous souhaite un magnifique Noël plein de joie, d'éclats de rires, de moments précieux passés en compagnie des personnes que vous aimez et aussi un excellent Réveillon de fin d'année ! ☺☺☺

Je vous donne rendez-vous l'année prochaine, en 2016 !

mardi 15 décembre 2015

Le Festival du Roman Féminin le 20 & 21 Avrl 2016 (suite)


Le Festival du Roman Féminin aux couleurs de Décembre ;-)

Ayé, je suis ressuscitée ! ^_^ Chose promise, chose due, je reviens sur le Festival du Roman Féminin avec plus d'informations dans ma hotte, pour celles qui, comme moi, n'auraient pas suivi les péripéties des annonces sur Facebook.

Tout d'abord, voici l'adresse du site du Festival du Roman Féminin sur lequel vous trouverez toutes les informations utiles sur le lieu de l'évènement ainsi que le déroulement de ces deux folles journées. Mais pas que. Cliquez sur l'onglet Auteurs et vous découvrirez de très très belles surprises à la clé ! La caverne d'Ali Baba, je vous le dis ! Des auteures à succès en veux-tu en voilà et ce, dans tous les genres de romance en plus. Que demande le peuple ? Pour ne citer que quelques unes : Lorelei James en érotique, Elizabeth Hoyt en historique, Belinda Bornsmith en fantastique et contemporain New Adult, Emily Blaine et Angela Morelli deux éminentes représentantes de la romance moderne à la française... Etc... etc... Maxima mea culpa aux auteures que je n'ai pas citées. Je vous le répète : que du beau linge !!!! ^^ 

Si vous aussi vous souhaitez venir rencontrer vos auteures préférées dans un cadre informel, partager tout au long de ces deux jours des moments privilégiés avec elles, obtenir des dédicaces (seulement le 21 Avril), je vous signale que la billetterie est ouverte pour réserver vos places --> ICI Dépêchez-vous, il n'y en aura pas pour tout le monde car la capacité d'accueil est limitée donc ne ratez pas ce rendez-vous unique en son genre en France, à deux pas de chez vous quoi ! :-P Pour une seule journée, soit le 20 ou le 21 Avril, le prix est de 35 €, mais si vous optez pour le Pass deux jours, vous ne paierez que 49 €. Attention, l'achat des places est à effectuer impérativement via le site et le règlement soit par carte bancaire soit par paypal, pas de vente sur place.

Quant à moi, je serai présente bien évidemment et je vous donne rendez-vous le 01 Février 2016 (ou plus tôt selon mon super sens de l'organisation :-/) pour tenter de gagner deux entrées gratuites à ce festival. A vos agendas et prévoyez de vous libérer à ces dates si vous voulez participer à mon jeu-concours.  

Pour plus de renseignements, vous pouvez directement contacter Agnès, l'organisatrice de l'évènement : agnes@lesromantiques.com ou moi-même : heloise.cordelles@gmail.com. Que ce soit l'une ou l'autre, nous vous répondrons avec plaisir. Ou alors rendez-vous sur la page Facebook : https://fr-fr.facebook.com/FestivalDuRomanFeminin/

@ la semaine prochaine pour mon dernier billet... de l'année 2015 ! *soupir*

mercredi 9 décembre 2015

La critique est aisée...


Je me promène beaucoup sur les blogs et autres sites traitant de l'auto-édition pour piocher des conseils (que je n'applique pas forcément cf. la promotion) et le moins que l'on puisse dire c'est que la critique négative est un sujet récurrent. Ces sites dispensent à juste titre quelques précieux conseils aux auteurs sur l'attitude à adopter le cas échéant. Il faut bien avouer que rare sont les auteurs indépendants qui remportent l'unanimité. Ah, quel vaste sujet que sont les avis et commentaires agressifs ou pas très flatteurs sur nos livres ! Honte à tous ces vilains lecteurs qui n'ont pas compris notre génie ! mdr Ce serait tellement merveilleux s'ils consentaient à ne nous attribuer que la note maximale comme dans l'émission de feu Jacques Martin, "L'école des fans". Mais voilà, ce monde tout rose n'existe pas. Donc il faut composer avec les mécontents qui n'ont pas apprécié notre œuvre et savoir réagir en conséquence.

Grosso modo le conseil unanime en cas de critique négative est de serrer les dents, de faire le dos rond et de résister à la tentation de répondre à chaud. Car tout le monde le sait : la colère est très mauvaise conseillère. Soufflez, respirez un bon coup, sortez vous promener et vous verrez que cela ira beaucoup mieux. Le monde ne tourne pas autour de vous, que diable ! Après, voici ce que je préconise personnellement et qu'il faut surtout appliquer avec parcimonie : si vous avez réellement tout tenté pour vous calmer et que vraiment vraiment vraiment ça ne marche pas, que voulez-vous, lâchez-vous, vous êtes humain après tout ! ;-) Le clash crèvera l'abcès et aboutira soit à une timide accolade après d'âpres échanges soit à du mépris de part et d'autre. Mais au moins, vous vous sentirez relaxé (ou pas) et peut-être qu'avec le recul, vous relativiserez. Non non, ne me remerciez pas, c'était le conseil gratuit de l'année. hihihi  

Comme je le dis souvent, une production de l'esprit est paradoxale car elle est à la fois quelque chose de très intime et d'exposée à la vue de tous et donc critiquable par tous. Elle est un prolongement de soi, un bébé couvé et modelé à notre image. Donc la critique est d'autant plus mal perçue que l'auteur se sent poignardé dans sa chair alors que c'est uniquement son œuvre qui est passée au crible. Personne ne lui en veut personnellement, on ne le connaît même pas, le bonhomme (ou la bonne femme) ! Vous ai-je déjà parlé de l'égo d'un auteur ? lol Difficile de rester détaché, de savoir faire la part des choses et d'avoir l'esprit zen face à ce genre de commentaire. Mais il faut savoir bonne figure arborer et raison garder. Certes, ça ne fait jamais plaisir, à moins d'être maso, mais ça n'a jamais tué personne non plus ! C'est démoralisant, perturbant, démotivant au possible mais n'est-ce pas justement dans ces moments-là que se mesure l'aune de la passion qui nous anime pour l'écriture. (Si vous avez compris cette fin de phrase, tant mieux. Des fois, j'ai du mal à me suivre...)

Les critiques sans appel que je vois passer peuvent porter sur l'intrigue (cousue de fils blancs ou tirée par les cheveux) ; sur la fin (bâclée) ; sur les dialogues (peu passionnants) ; sur le style d'écriture (sans relief) ; sur l'action (inexistante) ; sur le rythme (trop de longueurs/trop court/pas assez développé/on tourne en rond) ;  sur l'intérêt (peu, sans, aucun ou on s'ennuie) ; trop gnan-gnan ; bourré de clichés ; dès la deuxième page, on sait comment cela va finir ; c'est de l'auto-édition (sous-entendu c'est mauvais dès la première ligne lol), etc... etc... J'en ai toute une palanquée en stock ! lol Et les réponses des auteurs piqués au vif sont en revanche plus limitées, soit ils accusent leurs détracteurs d'acte de malveillance, soit ils crient haut et fort que c'est de la jalousie pure, soit ils les mettent au défi d'écrire un livre à leur tour... Je ne me prononcerai pas sur ces attitudes, chacun voit midi à sa porte. :-)

Depuis le début de mon aventure en tant qu'auto-éditée, ma position sur ce sujet a été très claire. Je savais dès le départ que j'allais me prendre des volées de bois verts. Je m'étais préparée psychologiquement à encaisser et à ne jamais répliquer quel que soient les commentaires belliqueux. Mes romances ne sont pas appréciées de tous et j'accepte volontiers la "sentence". Ma tête ne va pas tomber, seul mon amour-propre sera durement touché, éborgné, égratigné, déchiré, lacéré, en lambeaux, etc. (Ouiiiinnn Maman, ils sont méchants avec moi lol) Mais sachez que même si je ne réagis pas ou ne réponds pas, je lis TOUS les avis. De temps en temps, je balaye le net pour trouver les rares sites et blogs où mes livres sont donnés en pâture. Je peux être déçue, choquée, attristée mais au fond, ce n'est pas bien grave... ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort, non ? Je profite de ce billet approprié pour remercier toutes celles qui ont pris le temps de déposer par-ci par-là un avis sur mes livres, quel qu'il soit, ou qui m'en ont envoyés par mail. Donc un énorme énorme énorme merci à vous ! ;-)

Je vais terminer ce billet par une petite histoire qui fait froid dans le dos. Les faits se sont déroulés en Grande-Bretagne. Un auteur auto-édité anglais n'a pas du tout apprécié la critique très négative qu'une lectrice a déposée sur son chef-d’œuvre. Très très rancunier, ce monsieur a réussi à "tracer" l'impudente. Il a découvert où elle habitait et où elle travaillait. Ni une ni deux il s'est rendu en Écosse et l'a agressée dans le supermarché dans lequel elle bossait. Brrrrrr Qui a dit que les anglais étaient flegmatiques ? o_O Évidemment, la jeune femme blessée à la tête a porté plainte et l'affaire va se régler devant les tribunaux. C'est proprement hallucinant d'en arriver là ! Je n'avais jamais entendu d'un tel "incident" mais maintenant j'ai peur ! Oui, peur que le cas inverse ne se produise, qu'une lectrice vienne m'agresser pour que j'arrête d'écrire ! Peut-être celle-là qui m'a égratignée au passage ? ha ha

Illustration d'une mauvaise critique sur "Laissées pour contes" :-(

Hum, je dois vous laisser car là, tout de suite, il faut que j'aille me pendre. Je ressusciterai dans 5 jours pour un autre billet ! ;-)

samedi 5 décembre 2015

Sortie officielle de "Laissées pour contes"


"Laissées pour contes" (5 Décembre 2015)
http://amzn.to/2g2baF2

Ayé c'est le Jour J ! Le Grand Jour ! The D Day quoi ! ^^ Arghhh et comme d'habitude j'ai mes bouts de phalanges abîmés. lol Je stresse pas mal car c'est vrai que je n'ai pas beaucoup communiqué autour de ce recueil. J'ai voulu organiser mon jeu dessus donc il m'a fallu rester motus et bouche cousue. Et après, j'ai privilégié des billets plus "sérieux". D'ailleurs les précommandes s'en ressentent. Là où j'avais une douzaine de préventes en deux semaines, présentement je n'en ai comptabilisé que la moitié. :-/ J'espère que ce n'est pas un mauvais présage car vous auriez tort de vous priver de cette lecture, sans prise de tête, idéale en cette période festive et le tout à un prix modique pour le nombre de pages... Enfin je dis ça, je dis rien ! hihihi

Je profite donc de ce billet pour m'étendre plus largement et essayer de faire ma petite publicité sur ces trois histoires inspirées de trois contes de fées. J'ai aimé écrire chacune de ces nouvelles aux trames variées mais toutes reliées entre elles. Il y a une vraie continuité dans ce recueil et point trop de frustration puisque vous retrouvez tous les personnages dans l'épilogue final. J'ai hésité car j'aurais pu écrire une quatrième nouvelle mais j'ai pensé que cela faisait trop à ingurgiter d'un coup !

Alors de quoi parlent ces jolies nouvelles ? Je vais essayer de vous appâter sans trop vous en dévoiler, sinon où serait le plaisir de la découverte, je vous le demande ! J'ai aimé jouer sur les contrastes, les  contraires, de même que j'ai appuyé sur leurs différences physiques. Ne dit-on pas que les opposés s'attirent ? ;-) En tout cas, c'est comme ça que je conçois mes romances, avec un rien de conflit, d'obstacle pour pimenter leur relation. Mais c'est pour mieux les faire tomber dans les bras l'un de l'autre, mon enfant ! Donc attendez-vous à des déclarations à la clé qui vous feront soupirer. Fan de comédies romantiques devant l'éternel, je ne me referai pas ! ;-P

Dans la première histoire, "Escarpin à son pied", mes héros s'entendent comme chiens et chats. Leur relation est devenue conflictuelle suite à leur première rencontre accidentelle. Les réflexions incisives, caustiques fusent de part et d'autre. Donovan a des idées bien arrêtées et vous aurez envie de lui donner des claques à ce prince pas si charmant ! Dans la deuxième nouvelle "Trop belle pour moi", leur haine n'a d'égale que la passion irrésistible qu'ils éprouvent l'un envers l'autre. La température va rapidement grimper car c'est très hot entre eux, d'où une recrudescence de scènes sensuelles dont une assez musclée ! Une petite anecdote en passant, j'ai eu un mal fou à retenir le prénom : Benedict, il refusait de rentrer dans ma petite tête ! A chaque fois, je lisais... Dominic. mdr Et enfin dans "Ugly Heather", l'ambiance est beaucoup plus détendue, une sorte de calme après la tempête de la deuxième histoire, mais pas moins chargée émotionnellement. L'héroïne est vraiment touchante et pourrait bien vous surprendre. C'est tendre et drôle à la fois et chose inhabituelle, vous n'aurez pas envie de frapper mon troisième prince-crapaud ! Enfin, peut-être que si au début à cause de sa désinvolture. lol

Bon, si avec tout ça, je n'ai pas réussi à vous convaincre... eh bien, j'essaierai de faire mieux la prochaine fois ! Cent fois tu te remettras sur le métier.

Je souhaite vraiment une excellente lecture à toutes celles qui se seront laissées fléchir par mes arguments (en béton, cela va sans dire) et je les remercie chaudement d'avance de s'intéresser à mes romances sans prétention.

@ la semaine prochaine pour un billet sur les critiques négatives ! ;-) 

mardi 1 décembre 2015

Promotion & promotion


Dans l'idéal, si un auteur auto-édité consciencieux veut mettre le paquet pour vendre un maximum d'exemplaires de son livre, il peut s'appuyer sur une règle d'or issue de la stratégie marketing : les fameux 4 P. Il doit d'abord s'assurer de la qualité de son Produit, puis le mettre en vente à un Prix adéquat sur toutes les Places pour le rendre très visible, enfin savoir en faire la Promotion. Tout un programme ! lol C'est sur ce dernier point que je vais axer mon article. Dans ce billet, le mot "promotion" signifie regrouper toutes les conditions pour en accroître la vente soit par le biais de la publicité soit en accordant un ristourne.

Je crois vous l'avoir dit (et répété) : l'auteur auto-édité cumule plusieurs fonctions, il est à la fois l'auteur (normal !) et son propre éditeur. Et à ce dernier titre, il lui appartient de s'occuper de sa réclame. "Il est tout beau tout chaud mon livre. Achetez-le, vous ne le regretterez pas !" Un brin narcissique, me direz-vous ? Ouiiiiiiiiii ! :-P Avant la démocratisation d'Internet, il était difficile pour un auteur indépendant de s'auto-promouvoir sans un bas de laine conséquent et sans sortir de chez lui. Il lui fallait non seulement débourser une coquette somme pour acheter des espaces publicitaires mais également donner de sa personne pour démarcher les libraires pour se voir attribuer un coin de table. Internet a changé la donne. Excepté le prix de l'abonnement chez votre fournisseur, il est possible pour (presque) pas un rond et sans mettre le nez dehors de se faire connaître ! Magique ? Pas tout à fait. Énergie et temps, tu consacreras à cette activité !

De nombreux outils permettent à un auteur affranchi qui en veut de rayonner dans le royaume de France et ailleurs. Certains optent pour la fabrication d'un site internet, une vitrine qu'ils chouchouteront et peaufineront... à condition de s'y connaître en langage 2.0. Sinon, engager un webmestre et là, ça peut coûter un peu cher entre le nom du domaine, l'hébergement, les mises à jour... Quoique j'ai vu Wix (pour créer gratuitement son site) dans quelques adresses d'auteurs. Alors perso, je trouve que le site internet est un rien figé et froid. Et c'est aussi moins pratique pour dialoguer avec les lecteurs. Ou alors je me fais une fausse idée ! lol Toujours est-il que je ne l'envisage pas pour le moment, faute de moyens et de capacités intellectuelles.
 
Rebutés par les coûts ou la difficulté d'un site web, certains auteurs préfèrent se rabattre sur le blog (comme moi), plus accessible techniquement parlant quand on est moins calé. Des sites comme Blogger ou Wordpress (plus compliqué) proposent un hébergement gratuit avec des choix de configurations préinstallés . A mon humble avis, je trouve que ce moyen de communication est plus adapté pour être plus proche de ses lecteurs. Enfin viennent les canaux préférés des auteurs : les réseaux sociaux ! Facebook, Twitter et consorts permettent une interaction instantanée avec son public. A ce propos, Aloysius Chabossot, un auteur à l'humour caustique, prédisait qu' "en 2030, les intitulés des comptes Facebook commenceront tous par auteur" ! mdr A côté de ces moyens (presque) gratuits, il existe des campagnes de publicité payante. Par contre, ne me demandez en quoi cela consiste, je ne me suis pas penchée sur la question. Je sais juste qu'il faut mettre la main au porte-monnaie... :-/

L'autre argument marketing qui permet de toucher un maximum de lecteur, c'est le prix ! Je parlais plus haut d'un prix adéquat. Si un auto-édité se rend compte que son e-book ne se vend pas, peut-être devrait-il réviser son prix ? Est-il trop élevé et dans ce cas, il peut constituer un frein à l'achat. Pour toucher son public, l'auteur a donc tout intérêt à le baisser, soit définitivement soit temporairement. Je fais partie du programme d'exclusivité sur la plateforme Amazon et à ce titre, je reçois parfois des incitations à diminuer pendant quelques jours le prix de mes e-books à 2, 99 € de -50 à -70%. Pour l'instant, j'ai toujours refusé. D'une part parce que j'estime qu'à ce prix-là, c'est déjà correct. D'autre part, je suis très mitigée quant aux rabais. Un lecteur achète au prix fort le lundi et le lendemain, l'e-book se retrouve à -70%. Je sais que c'est le principe des soldes et que c'est le jeu ma pauv' Lucette mais j'ai des scrupules à pratiquer la remise. Quoique quand je vois l'exposition que cela amène, je me dis que j'ai tort de ne pas en profiter... Après, je ne dis pas "Fontaine, je ne boirais jamais de ton eau..."

En conclusion, je ne suis pas prête de rayonner, à part peut-être dans mon salon. :-/ Je n'ai pas de site internet, je ne sais pas me vendre et encore moins crier que "mon livre est génial" (j'espère juste ne pas récolter trop d'avis négatifs en retour !), je suis absente des réseaux sociaux, je n'ai pas de service presse, je n'aime pas accorder des remises... Bref, je suis très très mal barrée ! Note pour l'année prochaine, créer une adresse Facebook pour confirmer la prédiction d'Aloysius Chabossot, Auteure Héloïse Cordelles. ;-)

Ah si, je sais quand même dire une chose : @ la semaine prochaine pour la sortie de mon recueil de nouvelles : "Laissées pour contes" ! ;-) 


vendredi 20 novembre 2015

Extrait, Précommande et Jeu-concours "Laissées pour contes"


Pour une fois, je vais vous épargner l'hymne du livre car je trouve la chanson "Un jour, mon prince viendra" entonnée par la voix haut perchée de Blanche-Neige dans le dessin animé éponyme carrément insupportable ! C'est bien simple : elle me casse les oreilles. N'allez pas en déduire pour autant que je n'ai pas aimé le dessin animé. Au contraire ! Quand j'étais petite, j'aimais beaucoup les contes de fées que ce soit dans les livres ou à la télévision. Je pouvais me gaver pendant des heures des films d'animations de Disney, la machine à rêves par excellence. Et j'ai toujours été attirée par les adaptations de ces histoires merveilleuses par des acteurs en chair et en os. J'avais adoré le film "Il était une fois..." avec Amy Adams, Patrick Dempsey et James Marsden, mon chouchou. J'ai beau avoir grandi, j'aime toujours autant quand les histoires se terminent bien. Rahhhh C'est donc tout naturellement que mes goûts se sont portés vers la romance dans les livres, les films ou l'écriture. Je ne sais pas vous mais moi, une fin optimiste, ça me donne la patate ! lol

S'il y a bien un thème assez classique et prévisible en romance, c'est bien celui des contes de fées. Certaines me jetteront sûrement la pierre en disant que c'est trop fastoche d'écrire en ayant une trame prémâchée comme la dernière lettre qui resterait à trouver lors du jeu du pendu... Eh bien, détrompez-vous ! Même avec des éléments très familiers, il a fallu que je brode quelque chose de solide autour. Là où les contes merveilleux font intervenir des éléments surnaturels tels que la bonne fée avec sa baguette magique pour résoudre les problèmes, par exemple en transformant la citrouille en carrosse, eh bien dans mes nouvelles, c'était la réalité qui primait. Aucun élément féérique n'est venu à mon aide. Dommage...

Penchons-nous un peu sur le berceau de ces nouvelles. J'ai choisi de faire évoluer mes héroïnes dans le cadre du bureau. Toutes trois, amies, travaillent dans la même boîte, à des postes différents. Leurs histoires s'entremêlent sans toutefois se télescoper. Initialement, j'avais pensé à relater en un seul bloc les trois couples mais ce n'était pas gérable. On serait passé du coq à l'âne et j'avais peur d'égarer les lectrices. Je les ai donc scindées en trois parties qui se complètent... à merveille. Chacun de mes opus met sous les projecteurs un couple phare qui se retrouve ensuite dans les autres tomes en guest star. J'espère sincèrement que ces nouvelles avec leur touche d'humour, de drame et de sensualité sauront vous plaire.

Je vous laisse maintenant la primeur de découvrir un court extrait assez rigolo de la première nouvelle "Escarpin à son pied" ! La précommande est ICI si le recueil vous intéresse. ;-) Bonne lecture. On se retrouve plus bas pour jouer !


"Laissées pour contes" 2,99 € (5 Décembre 2015)





Novembre est THE mois des cadeaux, en tout cas chez moi ! lol C'est Noël avant l'heure. Après mes livres physiques, je vous propose d'acquérir un exemplaire de mon modeste e-book pour passer un agréable moment de lecture, en participant à un jeu-concours. Quelles en sont les modalités ? C'est simple, il va vous falloir répondre à une question. A vos claviers, prêt, partez ! Je récompenserai les dix premières personnes qui m'enverront les bonnes réponses à mon mail heloise.cordelles@gmail.com ou via le formulaire de contact. ;-) 


De quels contes de fées originaux sont tirées mes trois nouvelles ? 

1 - Escarpin à son pied
2 - Trop belle pour moi
3 - Ugly Heather 


Fastoche, non ? Je suis sûre que vous connaissez déjà les réponses. Le concours démarre le 20 pour s'achever le 30 Novembre à minuit heure française. Vous recevrez votre cadeau à la date officielle de sortie soit le 05 Décembre 2015.

Bonne chance  et @ la semaine prochaine pour un nouveau billet sur les promotions ! ;-)

samedi 14 novembre 2015

Le service presse


Voici trois exemples de commentaires liés à un service presse choisis au hasard dans la masse. Attention, je n'ai absolument rien contre ces éditions ni contre ces lectrices que je suppose être charmantes au demeurant ! lol

Editions Addictives
Nisha Editions
Hugo Roman

Pour celles qui maîtrisent déjà le sujet, je vous invite à rejoindre directement le paragraphe plus bas, celui avec une flèche au début, où je relate mon cas personnel. Pour les autres, restez avec moi, je vous embarque ! ;-)

Que ce soit pour une maison d'édition ou en auto-édition, la démarche est identique. Le service presse ou le service de presse ou le SP, en acronyme, consiste à envoyer gratuitement des exemplaires de son ouvrage à des personnes afin qu'elles les critiquent et en rédigent un avis plus ou moins détaillé. C'est un formidable moyen de communication pour faire connaître son livre. Tout le monde le sait (à part moi), il faut s'investir dans toute forme de publicité et savoir matraquer s'exposer pour qu'une œuvre sorte du lot et ne soit pas noyée dans la masse. Notez bien que le maître mot dans l'industrie du livre est lâché : la vi-si-bi-li-té. Plus on vous voit, plus on parle de vous et par conséquent, plus vous vendrez ! 

Dans ce billet, je vais principalement me tourner vers les blogs littéraires qui fleurissent sur le net et qui chroniquent les livres reçus dans le cadre du service presse. A l'ère du numérique, à l'instar de l'auto-édition, je constate qu'une personne férue de lecture peut tout à fait "s'improviser" critique et créer un blog en quelques minutes sur lequel dispenser son commentaire. Je me ballade souvent sur ces sites par curiosité car j'aime bien me tenir au courant des livres qui sortent et lire des avis parfois en avant-première. Certains blogs sont très bien faits et d'autres semblent plus sommaires. Certains avis sont assez succincts et contiennent pas mal de fautes tandis que d'autres sont très détaillés et écrits impeccablement. Bref, on trouve de tout sur la toile !

En parcourant ces nombreux blogs soit personnels soit communautaires, j'ai plusieurs questions qui me sont venues en tête. Tout d'abord, quelle est la force d'un blog en terme de prescription d'un livre ? Je m'explique : est-ce qu'un passage sur un ou plusieurs de ces sites garantit des ventes à l'auteur ? Là, je suis en train de défier le speech sur la visibilité ! :-/ Est-ce qu'un avis enthousiaste va réellement impulser un achat de la part du lecteur ? Je suppose que oui mais j'en parlais avec une blogueuse chevronnée qui m'avouait qu'on exagérait leur importance... Je dis ça, je dis rien ! mdr Ce serait marrant de faire une étude sur la relation entre le commentaire et le passage à l'acte. J'ai l'impression que c'est comme pour tout : ça dépend de la notoriété d'un blog qui fera pression ou non sur le porte-monnaie.  ;-)

Autre question qui me turlupine, je me demande parfois à quel point l'avis posté est impartial ? J'entends des cris outragés dans la salle. A chacun son talon d'Achille ! lol L'auteur, son écriture, le critique, sa probité. Je ne fais pas de vagues, je m'interroge juste. Est-ce que le fait de recevoir gratuitement un livre ne biaise pas dès le départ un commentaire ? Et surtout si on veut continuer à en recevoir, ne vaut-il pas satisfaire la source pour qu'elle continue de vous approvisionner ? Et est-ce que les éditeurs espionnent ces commentaires et demandent à rectifier le tir si ce n'est pas de leur goût ? Car c'est de cela dont il s'agit. La lecture est on ne peut plus subjective, elle est avant tout une affaire personnelle de ressenti. Bref, je me noie dans un verre !

--> Je n'ai rien contre le service presse ni contre les blogs littéraires qui répandent leurs avis. lol C'est un échange de bons procédés : un livre contre un commentaire pour le faire connaître. Je conclurai juste en disant qu'en ce qui me concerne, je ne pratique pas de service presse. Je ne sollicite aucun blog ni ne leur propose aucun de mes livres. Je n'ai pas la présomption d'aller solliciter un avis ni de leur faire perdre leur temps. Hé, pourquoi je tendrais le bâton pour me faire battre, hein ? :-P Je trouve que cette méthode de communication est plus adaptée pour les maisons d'éditions qui ont un réel pouvoir d'attraction et surtout un service presse dédié. Ça fait tout de suite "plus mieux" de commenter une romance éditée (J'ai Lu, Milady ou Hugo Roman) qu'une illustre inconnue (dont tout le monde se fiche royalement). J'ai aussi noté qu'à quelques exceptions, les blogueuses refusaient les livres auto-édités. Et si certaines veulent bien se donner la peine de chroniquer, leurs commentaires commencent par : "J'étais sceptique quand l'auteure auto-éditée duchmoll m'a proposé son livre en service presse..." :-/ Gloups, ça casse d'entrée ! lol

Je vais tout de même finir sur une note optimiste. Depuis presque deux ans que je suis en auto-édition, j'ai eu la surprise de découvrir que quelques rares blogs donnaient leurs avis spontanément sur mes livres (http://lespassionsdeviedefun.blogspot.fr/). C'est un fait assez rare pour moi pour être souligné et je les en remercie chaudement pour m'avoir consacré un peu de leurs précieuses minutes ! ;-).  

@ la semaine prochaine pour la chanson et la précommande de "Laissées pour contes" !




jeudi 5 novembre 2015

Joyeux anniversaire et mes livres physiques en cadeau ! ^^



Aujourd'hui est un jour particulier pour moi puisque c'est mon Anniversaire avec un grand A ! ^^ Eh oui, chères lectrices, en ce moment même je souffle mes quatre-vingt bougies... o_O ou à moins que ce ne soit mes trente-quatre printemps ou bien, est-ce que je fête à peine mes vingt piges ??? Bref, peu importe l'âge dans la vraie vie, celui qui compte, c'est celui que l'on a dans la tête. Tant que je m'amuse, je resterais jeune ! (rhooo la jolie pirouette pour m'en sortir... :-P)

Hé hé vous avez sûrement deviné la raison de mon billet de la semaine dernière qui concernait l'impression à la demande... Non ? Si vous n'aimez pas jouer aux devinettes, je vais mettre fin au suspense et tout de suite vous éclairer. En fait, je suis excitée comme une petite puce depuis que j'ai reçu... mes propres livres imprimés ! Eh oui, en ce jour mémorable, je me suis offert mes romances en cadeau ! ^^ Je ne crois pas à une quelconque consécration, c'est juste un petit plaisir personnel, comme celui de s'enfiler une excellente tablette de chocolat.



Parce que je n'ai que 2 mains, voici 4 de mes bébés ! ^^

Si on m'avait dit il y a dix-huit mois que je publierais des livres électroniques et que je les imprimerais en papier un jour, je n'y aurais pas cru ! Moi, auteure ? En fait, j'ai toujours du mal à le croire... Mais le divan rouge du psy, ce sera pour une autre fois. En attendant, je savoure un petit moment exceptionnel. Grouuuuu (<-- imitation d'un ronronnement de félin aux anges) Je suis très fière de mes bébés. ^^ Ils sont tout beau et ça se voit que je suis très objective quand j'en parle ! :-P Et comme je suis d'une nature généreuse, je voudrais vous en faire profiter aussi. C'est pour ça que je mets cette petite annonce : 


Du 05 Novembre au 12 Novembre 2015
j'offre dix livres physiques en cadeau !!! 


Comme c'est de l'impression à la demande, les dix lectrices réellement intéressées pour recevoir un de mes titres en format papier pourront me demander n'importe quelle romance. Vous avez le choix entre tous les titres individuels ou à l'ensemble de la série "Westfield & Westfield" T1/2/3 ou à un mix de trois nouvelles. Comment faire ? C'est très simple, il suffit de liker ma page... Ah non, je me trompe, je ne suis pas sur Facebook ! :-P Je reprends donc, c'est très simple, il suffit d'être parmi les dix premières personnes à me dire combien vous me vénérez quel livre vous aimeriez accueillir dans votre bibliothèque, soit à mon adresse : heloise.cordelles@gmail.com, soit via le formulaire de contact. Fastoche, non ? Et comme je suis internationalement connue (comment ça, ce n'est pas vrai ?), j'envoie aussi hors des frontières françaises. Je pense aux pays francophones. ;-)

Le livre vous sera expédié à mes frais vers la deuxième quinzaine de décembre soit pour la période qui précède de peu Noël ! :-) Attention, je tiens juste à prévenir que ce sont des formats poche "bricolés" de mes propres mains à la sueur de mon front. J'ai un peu (voire beaucoup) souffert pour les fabriquer. J'ai tempêté, pesté pendant pas moins de trois semaines devant mon ordinateur (il a failli passer par la fenêtre). Malgré mes soins, il se peut qu'ils présentent des imperfections. Cela reste au stade de l'amateurisme, donc vous êtes averties qu' "à cheval donnée, on ne regarde pas les dents" ! Je voulais vraiment marquer le coup et faire plaisir à mon petit lectorat. ;-) 

Edit : En voulant me connecter à Google pour faire une recherche, je tombe sur des dessins de gâteaux en page d'accueil. Tiens, me dis-je, on dirait un anniversaire. Curieuse, je passe donc ma souris dessus et je vois "Joyeux Anniversaire Héloïse !". Explosée de rire ! mouarf mouarf Mr Google en personne qui me souhaite mon anniversaire... Si si je vous le jure ! (Ah, on me souffle à l'oreille que Mr Google fait ça à tout le monde ? Zut, je n'étais pas une privilégiée ? mdr)


Joyeux anniversaire Héloïse ! :-)

@ la semaine prochaine pour un sujet sur le service presse. 


jeudi 29 octobre 2015

L'impression à la demande


Qu'on se le dise, le papier a encore de beaux jours devant lui ! Si un jour, on m'avait dit que les livres pourraient être imprimés à l'unité, je ne l'aurais pas cru ! Mettre toute la machinerie en branle pour un seul livre ? Quoi, tout ça pour ça ? o_O Eh bien à l'impossible nul n'est tenu ! Ce service spécifique s'appelle l'impression à la demande et en acronyme cela donne le... POD (Print on Demand <-- Ah, ils sont forts, ces anglais !). L'auto-édition a amené une nouvelle clientèle aux imprimeurs légèrement en perte de vitesse. Ces milliers d'auteurs auto-proclamés ne se contentent plus du livre électronique, ils veulent à tout prix tenir le format papier entre leurs blanches mains. Une sorte d'adoubement, une espèce de consécration.

Amazon a été le premier à flairer le filon de ces auteurs en mal de reconnaissance papetière et s'est dépêché de racheter "CreateSpace", une société spécialisée dans l'impression à la demande qui sous-traite aux Etats-Unis et en Europe. D'autres imprimeurs basés à l'étranger ou plus près de chez nous lui ont naturellement emboîté le pas. Les auto-édités ont maintenant le choix entre plusieurs prestataires avec leurs particularités. Pour m'y être intéressée de très près, pas un site n'est semblable à son homologue. Il n'y a qu'une chose qui ne change pas, c'est que l'auteur auto-édité se retrouve encore tout seul à monter son livre ! lol Pas de miracle. Si le fichier est bourré de fautes, personne ne vous relira et si la couverture est mal centrée, c'est tant pis pour vous. Citons les sites comme Lulu.com, The Book Edition, Books on Demand ou Bookelis...


Version papier imprimée par Books on Demand


Amusez-vous à regarder les fiches produits des auteurs auto-édités, la majorité propose maintenant une version papier dont le prix est assez élevé. Normal, l'économie d'échelle d'un livre ne se réalise qu'à partir d'un certain nombre d'exemplaires imprimés. Alors forcément, le livre unique, vous le payez plein carat ! Mais au moins vous avez le choix. ;-) Et judicieusement (ou pas), Amazon vous fait miroiter la réduction si vous achetez la version e-book et parfois la différence de prix est énorme (ici entre 3,99 € et 9,99 € = 6 € d'économies). C'est en cela que les éditeurs ont compris l'astuce et maintiennent la courbe de leurs ventes en papier puisque la version e-book proposé n'est guère moins cher que le livre physique. Sont malignes ces maisons d'éditions ! ^^

Pour ma part, je ne me résous pas encore à franchir le pas. Qu'est-ce qui m'empêcherait de le faire, je vous le demande ? En quelques heures, je pourrai mettre mes livres physiques à disposition des lectrices allergiques aux Kindle ou autre Kobo, en même temps que mon e-book sur Amazon. Mais... je ne sais pas. Je me tâte. Pour le moment, j'aime bien le côté "intimiste" de l'e-book. lol En France, la lecture des e-books ne représente que 5% de part de marché du livre. Ce qui n'est pas énorme ! Donc, je pourrai élargir mon minuscule lectorat mais je ne suis pas assez sûre de moi pour diffuser mes productions. Une bonne résolution pour l'année prochaine : travailler ma confiance en moi et peut-être que je sortirais de ma coquille ! :-/

Mais pourquoi donc me suis-je frottée aux prestataires d'impression à la demande, alors ? Vous le saurez dans mon prochain billet, le 05 Novembre ! ;-) Depuis le temps que j'en parlais de ma surprise. Elle arrive, elle arrive...

samedi 24 octobre 2015

Les scènes hots




J'ai beaucoup hésité avant de me décider à vous pondre ce sujet brûlant. Vais-je en parler ou pas ? Et finalement je me suis dit qu'il le fallait bien puisque j'en saupoudre mes romances. ^^ Donc pourquoi faire l'autruche et ne pas l'aborder ? Mais avant de vous parler de mon cas personnel d'auteure, je vais d'abord vous relater des généralités sur l'évolution des scènes hots dans la romance. 

Les romans érotiques ont toujours existé. Cependant, ce n'était pas à proprement parler de la romance, c'est-à-dire que ces livres-là ne finissaient pas très bien en général. :-/ Au balbutiement de la littérature sentimentale, la séquence dite chaude n'était pas très développée voire carrément expédiée en une phrase laconique. La lectrice ne participait pas (heu façon de parler bien sûr ^^) aux ébats du couple. La porte de la chambre à coucher restait définitivement close aux voyeuses. Un peu comme à la fin des contes de fées "Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants". Les auteurs privilégiaient davantage la psychologie des personnages et multipliaient les rebondissements pour remplir les pages. 

Au fur et à mesure de la libération sexuelle de la femme, la scène de fesses a pris ses lettres de noblesse, s'imposant dans la romance. Disons-le franchement, elle est presque devenue un passage obligé ! Auparavant, elle avait une signification, une symbolique très forte ; elle représentait la quintessence du couple. A présent, elle est traitée plus légèrement et s'est si bien intégrée dans le paysage de la romance qu'elle s'est transformée en une catégorie à part entière : la romance érotique. Ce n'est plus une histoire d'amour agrémentée de séances olé olé mais l'inverse. Les héros couchent d'abord ensemble dans toutes les positions possibles et inimaginables, usent de quelques d'accessoires et parfois même invitent des potes ou potines à se joindre à eux, et ensuite naissent les sentiments. Ahhh L'amour triomphe toujours. *soupir*

Maintenant que j'en ai terminé avec les très grandes lignes (je suis fière de moi, j'ai fait plus court que mon dernier billet), je vais être forcée de me dévoiler. Comment j'aborde l'écriture des scènes hots ? Bonne question ! vous répondrai-je. ^^ Dans ces moments-là, je cesse de prendre mes cachetons bleus et rouges et je deviens schizophrène. Dans la vie réelle, je suis quelqu'un de très très pudique. En tant qu'auteure, derrière mon écran, je me cache et je me lâche. lol Mais pas trop non plus ! Point trop n'en faut. Généralement, mes livres contiennent grand maximum 10% de sexe par rapport au nombre total de pages. Nous sommes loin des 80% dans les vraies romances érotiques. ha ha Je le redis, je ne trouve pas que mes scènes hots soient si nombreuses pour les classer dans cette catégorie. D'ailleurs, je me défends d'écrire une telle littérature, je n'en ai pas le talent sinon je deviendrais aussi célèbre que Maya Banks, Sara Agnès L. ou Angela Behelle pour ne citer qu'elles. J'écris de la R-O-M-A-N-C-E guimauve avec quelques passages tièdes chaudes, nuance. ;-) 

En ce qui concerne le contenu de mes passages de fesses, je trouve que dans l'ensemble ils ne sont pas si explicites voire même sont très classiques, d'où le mot "sensuel" que je préfère à "érotique". Je ne sais pas pourquoi le mot "érotisme" comporte une connotation "hard" alors que ce serait plutôt la pornographie qui y serait associée. La limite de ma sensibilité est très vite atteinte, je suppose... En tout état de cause, ce que j'écris c'est du pipi de chat par rapport aux romances érotiques. ;-P Si je veux un peu innover dans mes romances, il me reste encore à tester la sodomie et les accessoires... (zut, je ne peux pas croire que c'est moi qui ait écrit cette dernière phrase !!! T_T Si ma mère tombe sur ce billet, je suis cuite...)

Pour terminer sur ce sujet très embarrassant pour moi, les écrire d'un premier jet est une chose, les réécrire, les retravailler et les décortiquer jusqu'à ce que ce soit cohérent en est une autre. Par exemple, si le héros a déjà une main sur le sein de l'héroïne et l'autre sur son visage, il ne peut pas lui coller une troisième main aux fesses ! Sinon, c'est un alien ! mdr Quand je me relis encore et encore, je trouve ça extrêmement gênant. C'est pour vous dire à quel point je suis pudique. En revanche, lire les romances érotiques d'autres auteures ne me pose absolument pas de problème. Je me dédouane en quelque sorte... Et pour celles qui se demanderaient si je mate des films porno en même temps que je rédige dans quelle positions mes héros font crac crac, la réponse est NON. lol Seulement l'imagination en est la clé. ;-)

Sur ce, si vous me cherchez, je suis déjà partie ! Je nierai même sous la torture être véritablement l'auteure de ce billet... ^^


samedi 17 octobre 2015

L(M)es couvertures de romance


Avertissement : ceci est un très long post !
 Préparez-vous un café ou un thé avant de l'attaquer. ha ha 

S'il y a bien une étape primordiale dans la fabrication de n'importe quel livre, c'est bien celle du choix de sa couverture. Pourquoi ? Parce que c'est le tout premier contact, la toute première relation qui se noue entre le livre et le lecteur. Que ce soit sur un support physique ou électronique, le visuel est très important. Il faut donc soigner sa présentation car une couverture qui accroche l’œil et éveille l'intérêt est un pari à moitié réussi, à l'image de l'expression : "une femme qui rit est à moitié séduite" ! lol Ce n'est pas pour rien que les  maisons d'éditions et certains auteurs auto-édités mettent le paquet sur des couvertures abouties et s'octroient les services de graphistes professionnels.

Alors évidemment, la couverture est un très vaste sujet, trop pour pouvoir en faire jamais le tour. Certains argueront que c'est une histoire de goût, de sensibilité, d'esthétisme, etc. C'est comme tout, il est très difficile de remporter tous les suffrages. Je laisse donc de côté ces considérations personnelles, je ne fais pas une thèse dessus sinon j'écrirais un livre et non plus un simple article de blog ! lol De même que je bouderai la littérature généraliste pour m'intéresser de plus près à celle que je connais assez bien, à savoir la romance. ^^

En règle générale, les illustrations de romance ne passent pas inaperçues. Parfois, elles essayent de se camoufler mais il y a toujours un truc, un détail qui trahit leur contenu sentimental puisque ces livres s'adressent à une clientèle particulière. Eh oui, sans signaux indicateurs (flagrants ou discrets), la lectrice de romance ne sait plus à quel saint se vouer ! Romance, pas romance ? Et c'est dit sans péjoration de ma part, vous allez comprendre pourquoi beaucoup plus bas. 

Chez le plus gros éditeur de romance, c'est-à-dire Harlequin, point de cachotterie, la recette de leurs collections ancestrales n'a pas vraiment bougé depuis... cinquante ans ! Certes, au fil des décennies, les couvertures ont subi des liftings en se modernisant mais rien de bien "bouleversifiant". Dans la collection Azur, par exemple, il y a toujours le visuel du couple enlacé contre un mur, sur un lit, sur un bureau... (ah, j'avais oublié le bord de mer). La collection numérique HQN a un peu bousculé ces couvertures figées et apporté un grain de folie, un côté plus fun. En effet, elles sont plus colorées pour refléter le côté pétillant de l'histoire.




Dans la collection Aventures & Passions chez J'ai lu, les pochettes ont aussi évolué avec le temps tout en conservant leur couleur distinctive : le rouge. En dix ans, elles se sont assagies. Au début, très suggestives, les pochettes sont devenues de moins en moins criardes, de plus en plus discrètes. Du coup, je trouve qu'elles ont perdu en reconnaissance. Elles marquent moins les esprits que les poitrails dépenaillés. En tout cas, je retiens moins bien les titres (ça, c'est peut-être dû à l'âge aussi...). Un exemple avec la réédition de "Passion d'une nuit d'été".

Après (juste un coup d'oeil pudique)
Avant (avec des héros presque à poil)


















Chez certains éditeurs, plus c'est érotique, plus l'enrobage est... "soft". lol Ils ont raison de miser sur la sobriété pour contrebalancer le texte sulfureux. Imaginez si la couverture reflétait réellement le contenu, aucune lectrice n'oserait se balader dans les rues avec ! Même si personne n'est vraiment dupe de ce subterfuge ! :-P

Ici, une cravate
Là, des boutons de manchettes


















Chez Milady, la mode est aux tablettes de chocolat en ce moment. lol A croquer, n'est-ce pas ? ;-) Que les héros soient des sportifs, des rocks-stars, des motards, des cow-boys, des militaires..., il y a toujours matière à exposer leur torse bien foutus. En même temps, je suis bien placée pour savoir que ces attributs attirent l’œil féminin ! ;-P "Détraqué" a d'abord intéressé bon nombre de mes lectrices grâce à sa couverture alléchante. hihihi


Personnellement, cette débauche de testostérone me laisse de glace. Comment ça, menteuse ? Si si, je vous le jure. ^^ Ma préférence tend plutôt vers les couvertures de romance paranormale. Quand elles sont bien faites, je les trouve absolument magnifiques. Elles sont beaucoup plus recherchées, plus travaillées que ses homologues contemporaines. Normal puisqu'elles font appel à notre imaginaire, au rêve.

A mon humble niveau d'auteure auto-éditée, comme la très grande majorité de mes camarades, je ne fais appel à personne pour mes couvertures parce que je n'en ai pas les moyens. C'est aussi simple que ça ! lol Un rapide calcul, mon "chiffre d'affaires" pour l'ensemble des ventes en 2014 s'élevait à 600 euros et des bananes. Si j'avais demandé à un graphiste de me fabriquer de jolies pochettes pour mes cinq livres et nouvelles, il m'aurait compté ne serait-ce que 100 euros par couverture, je me serais retrouvée en bout de course avec 100 euros et des brouettes de bénéfices. Autant dire... que dalle pour mes heures de dur labeur ! :-/ Donc j'ai retroussé mes manches et ai commencé à m'intéresser aux logiciels de retouches d'images et aux banques d'images.

What est-ce qu'une banque d'images ? Toutes les images ou photos qui circulent sur le net appartiennent forcément à quelqu'un. Elles ne se sont pas retrouvées par hasard sur la toile. mdr Légalement, il est interdit de les utiliser à des fins commerciales sans en avoir demandé au préalable l'autorisation à son auteur. Mais souvent, il est presque impossible de retrouver le fautif et donc de le contacter. Sachez que si vous prenez le gauche et persistez tout de même à utiliser la photo, ce sera à vos risques et périls. Si son auteur s'en rend compte, il peut vous ordonner de la retirer ou pire vous traîner devant les tribunaux pour en réclamer les droits d'auteur ! gloups 

Pour éviter ce genre d'incident fâcheux, il existe à disposition des auteurs en herbe ce qu'on appelle des banques d'images, c'est-à-dire des images libres de droits. Je vous arrête tout de suite, libre de droits ne signifie pas pour autant gratuité ! mdr Moi non plus, je n'avais pas compris ce paradoxe au début... L'expression signifie que vous devenez propriétaire de l'image en question après son achat. Vous ne payez pas de droits à chaque fois qu'un exemplaire de votre livre est vendu. A côté de ces sites payants, il en existe également qui proposent des photos gratuites mais très honnêtement, je ne les trouve absolument pas terribles. C'est pour ça que je me tourne vers les banques d'images dont je vous cite seulement trois exemples. Vous en avez beaucoup d'autres sur la toile.


Si vous avez le temps de vous promener sur ces sites, vous allez reconnaître les photos que j'ai achetées pour fabriquer mes couvertures. ^^ Autre chose amusante, comme ce sont des lieux communs pour les amateurs et les professionnels, ce qui devait arriver arriva : des doublons ! Je ne me moque pas, c'est juste un constat. Je sais que cela peut très bien m'arriver aussi. 











Alors, comment je choisis mes couvertures de romance ? ^^ Je suis sûre que vous mourez d'envie de connaître cette information vitale. D'abord, c'est au coup de coeur ! Je parcours pendant des heures et des heures les sites avant d'avoir un soubresaut et de me dire : "yes, c'est celle-là" ! Après, je commence à réfléchir. Je regarde si cela correspond un tant soit peu à mon histoire tout de même (un détail, le héros, l'héroïne, le lieu...) ou alors je fais correspondre la description dans mon livre à la photo. C'est ce qui s'est passé avec "Des Vignes & des Ronces", il me fallait absolument cette couverture toute douce ! Du coup, j'ai honteusement calqué le physique de Summer sur celle de l'image.  

Pour le logiciel de retouches d'images, j'utilise GIMP et seulement des fonctions très très basiques. Je retravaille ce que je pense être important, par exemple les polices de caractère et leur emplacement sur la couverture. Toujours selon moi, les résultats ne sont pas trop dégueu. lol Forcément en étant seule, je suis assez satisfaite de moi-même et ai moins de recul. De ce fait, aux yeux des autres, mes couvertures peuvent paraître très simples. On me reprochera sans doute mon nom qui est trop gros par rapport au titre... quoique j'ai toujours besoin d'un moment pour me reconnaître... Donc ce n'est toujours pas assez gros ! lol J'ai lu quelque part qu'il fallait marquer les esprits. CQFD. Quand je parlais de signaux indicateurs censés guider la lectrice, c'était sans moquerie aucune puisque je ne cache pas mon genre d'écriture. C'est comme le port salut, c'est écrit dessus ! R-O-M-A-N-C-E ! ^^ J'ai choisi d'inscrire cette précision parce que j'ai lu trop de critiques déçues de découvrir que ce n'était que de la romance. Au moins avec moi, vous savez où vous mettez les pieds. ^^ 

Désolée pour ce très long billet. :-/ La prochaine fois, je serai plus concise. @ la semaine suivante pour un sujet sur les scènes hots ! ;-)

samedi 10 octobre 2015

Le Festival du Roman Féminin le 20 & 21 Avril 2016


Je devais vous parler de couverture de livres mais je me permets d'intercaler ce flash spécial. :-)

Bannière du Festival du Roman Féminin

En tant qu'auteure française de romance, je ne pouvais pas passer à côté de cet évènement inédit en France. ^^ Eh oui, Mesdames, vous avez bien lu sur le bandeau d'annonce, pour la première fois sur notre sol, à Paris plus exactement, se tiendra le Festival du Roman Féminin. Faites circuler l'information. A vos agendas, notez bien ces deux dates importantes. Vous avez l'impression que c'est très loin 2016 mais je suis bien placée pour savoir que le temps passe très vite... lol

Vous aimez lire de la romance ? Contemporaine, paranormale, historique, érotique... Réservez donc ces deux jours exceptionnels pour venir dans la capitale rencontrer en chair et en os vos auteures françaises et anglo-saxonnes préférées. Vous pourrez discuter avec elles, faire dédicacer vos livres. Outre ces séances de dédicaces, il y aura une multitudes d'autres activités : des tables rondes, des ateliers, des discussions à bâtons rompus, etc. Le tout dans une ambiance chaleureuse et conviviale. Les auteures sont toujours ravies d'aller à la rencontre de leur lectorat. ;-)

Voici l'adresse du festival, au centre de Paris : 

Espace Saint-Martin

199 bis, rue Saint-Martin

75003 Paris


Je vous le dis très honnêtement, je n'ai pas d'intérêt dans cet évènement. Je n'en suis pas partenaire. Je ne suis pas invitée à quelque titre que ce soit. (Vous comprenez, ma présence risquerait d'éclipser les autres auteures ! :-P C'est beau de rêver...) Je paierai ma place comme les autres visiteuses et déambulerai parmi les ateliers toujours incognito. Je serai présente à ce festival parce que j'estime nécessaire de soutenir des initiatives aussi audacieuses : dédier uniquement tout un festival à la romance alors que le genre est encore si décrié en France. ;-) Et j'espère que vous serez nombreuses aussi à y participer.

Restez à l'écoute parce que je vous en reparlerai au fil des mois dès que j'aurais plus d'infos en ma possession. Ah oui, voici une autre raison de rester très attentive dans les mois à venir : je serai personnellement ravie d'offrir deux entrées gratuites (pour une ou deux journées selon vos disponibilités) à l'une d'entre vous et à son accompagnante ou à deux personnes différentes. ^^ Donc prévoyez vraiment d'êtres libres comme l'air à ces dates.

@ la semaine prochaine pour le sujet prévu : les couv' ! ;-)